La porte-parole du Gouvernement est loin d’être une proie facile – Par Abdoulaye Dièye*

En sa qualité de ministre porte-parole du gouvernement, madame Ndéye Tické Ndiaye, ministre de l’Economie Numérique et des Télécommunication, ne pouvait en aucune manière s’affranchir de la mission dont elle est naturellement investie de porter la parole du gouvernement. Dans le cadre de l’affaire Bbc-Aliou Sall-Petrotim, elle est montée au front pour accomplir la redoutable mission commando de décliner la part de vérité du gouvernement dans cette gênante affaire de corruption présumée qui incrimine le frère du Président Macky Sall.

Il est rarissime qu’un coup d’essai devienne un coup de maître. La première sortie publique de madame Ndèye Tické Ndiaye ne saurait constituer une exception à la règle. En sa qualité de ministre porte-parole du gouvernement, elle se devait de monter au front pour exprimer la voix de l’Exécutif sur les questions soulevées. Elle s’est adressée au peuple pour faire ressortir la vérité . C’est à croire que certains loups sous la peau des chèvres n’attendaient que les moindres failles de sa sortie pour la vouer aux gémonies par des critiques pour le moins subjectives voire infondées.

Madame Ndèye Tické Ndiaye est femme vertueuse, imbue de valeurs cardinales de la sociabilité et de la considération pour l’humain. Sa conduite a toujours été guidée par une contribution soutenue à la promotion sociale des populations du Sénégal.

L’Alliance pour la République, le parti présidentiel qui tracte avec brio la locomotive de l’émergence du Sénégal est bien un mouvement politique et une coalition électorale qui a fini de faire ses preuves de sa représentativité nationale. Elle est en train de plonger ses racines consensuelles dans un dialogue national qui empêche les va-t’en guerre de dormir. Toutefois, ils feront vite fait de déchanter car madame Ndéye Tické Ndiaye est loin d’être une proie facile à sacrifier sous l’autel de la délation, de la médisance et de la calomnie.

*Président du mouvement Siggi Jotna Thiès