La Cour de justice de la CEDEAO veut se faire davantage connaître

Des membres de la Cour de justice de la CEDEAO ont entrepris, à Dakar, une campagne de sensibilisation sur cet organe judiciaire sous-régional.

Dans ce cadre, une délégation de la Cour de justice de la CEDEAO, dirigée par son vice-président, l’Ivoirien Gberi-Bé Ouattara, a participé à un Forum organisé avec les membres du Barreau sénégalais, des organisations des droits de l’Homme, des juristes, enseignants et étudiants en droit. Selon le président de l’Ordre des avocats, Maître Pape Leyti Ndiaye, cette campagne de sensibilisation est ’’une excellente chose’’ pour la Cour de justice de la CEDEAO qui est selon lui un organe méconnu. Or, fait valoir Maître Pape Leyti Ndiaye, la Cour de justice de la CEDEAO « est devenu un espoir » pour les justiciables de l’espace CEDEAO, en ce qu’elle contribue a-t-il dit à réduire les inégalités. Il estime que les gouvernements des pays membres de la CEDEAO doivent être amenés à davantage exécuter les décisions de la Cour. Son vice-président, l’Ivoirien Gberi-Bé Ouattara, est pour sa part revenu sur les péripéties de la création de la Cour de justice de la CEDEAO, en 1975, ainsi que ses missions, consistant notamment à assurer le respect de la loi et des principes d’équité. La Cour de justice de la CEDEAO est également chargée de l’interprétation et l’application des dispositions du traité révisé et de tous les autres instruments juridiques subsidiaires de la communauté. La Cour est composée de cinq juges indépendants, nommés par la Conférence des chefs d’Etat parmi les ressortissants des Etats membres, pour un mandat de quatre ans non renouvelable, sur recommandation du Conseil judiciaire de la communauté.