Koungheul : Les jeunes égrènent un chapelet de doléances

Réunie autour du mouvement « Jog Ngir Askan Wi », la jeunesse de Koungheul engage le combat pour le développement du Bambouk plongé dans une profonde léthargie. Dans son manifeste parcouru par le quotidien L’As, elle énumère les problèmes auxquels la ville est confrontée : services publics de base défectueux à cause des coupures intempestives d’électricité, mauvaise qualité de l’eau dont la teneur en chlore constitue un vrai problème de santé publique, absence de place publique aménagée et inexistence de routes bitumées.

Le mouvement « Jog Ngir Askan Wi » réclame aussi la construction d’un hôtel de ville digne de ce nom, un commissariat de police, un stade moderne, la mise à disposition d’un camion-citerne pour la brigade des sapeurs-pompiers, l’installation d’usines de transformation et d’autres entreprises pour diminuer le chômage des jeunes qui n’ont d’autre alternative que la conduite de moto Djakarta. Le mouvement, qui dénonce également le bradage du foncier par les autorités, prévoit un point de presse pour se faire entendre dans les prochains jours.