Khadim Bâ, figure emblématique de l’Afrique entrepreneuriale

L’Afrique a de nombreux atouts, que ce soit sur le plan économique ou social. Elle est désormais en mesure de mettre en avant des figures emblématiques au premier plan de la scène internationale, qui contribuent grandement à la réussite et au développement du continent. Ainsi, Khadim Bâ fait partie de ces personnalités du monde de l’entrepreneuriat qu’il paraît bon de valoriser. Cette jeune figure Sénégalaise a suivi plusieurs formations prestigieuses sur le plan international, de Paris à Montréal pour finalement obtenir un diplôme de Bachelor en Administration des Affaires. Il est désormais pleinement investi dans la réussite de son pays natal, dans les domaines du financement bancaire et des activités pétrolières. Qui est Khadim Bâ ? Retour aux origines
Khadim Bâ est un jeune sénégalais de 37 ans, né en 1983, marié et père de 4 enfants. Son parcours étudiant le conduit très tôt à se former auprès de quelques-unes des plus prestigieuses écoles mondiales. Il commence d’abord par faire des études à Paris, puis obtient ainsi un diplôme de Bachelor en administration des affaires, au sein de l’Ecole de commerce HEC Montréal. Il en profite pour se spécialiser dans le domaine des hydrocarbures, ce qui va grandement lui servir lors de son retour au pays pour les affaires. A l’heure actuelle, Khadim Bâ fait figure de modèle pour la jeunesse africaine. Ainsi, le mensuel « Intelligences Magazine » le classe volontiers, dans son numéro 88, comme l’un des 50 jeunes Sénégalais disposant du talent nécessaire pour faire évoluer son pays dans la bonne direction.
La carrière professionnelle de Khadim Ba a été fulgurante. Dès son retour au Sénégal, et avec déjà quelques belles expériences internationales à son actif, le jeune entrepreneur devient Directeur Général adjoint de Carrefour Automobile à Dakar. L’entreprise se spécialise ainsi dans la vente de véhicules de luxe. Cette première expérience lui fait prendre conscience de la nécessité de savoir s’adapter et faire preuve d’innovation. Il rejoint ensuite la Compagnie Ouest Africaine de Crédit-Bail en tant que Directeur général. Cette institution financière, plus connue sous le nom de Locafrique, est spécialisée dans le crédit-bail.
Mais c’est réellement lors de son entrée au capital de la Société africaine de raffinage (SAR) que le jeune homme se révèle au peuple Sénégalais. Notons au passage les œuvres philanthropiques de Khadim Bâ, qui a su se distinguer lors de la crise du Covid-19 en effectuant un don auprès du Téléthon. Au total, ce sont près de 10 millions de Fcfa qui ont été alloués aux plus nécessiteux face aux retombées économiques négatives. Parallèlement à cela, l’entrepreneur à succès n’hésite pas à offrir des denrées alimentaires à ceux qui sont dans le besoin, à proximité du siège social de Locafrique.
Un exemple pour la jeunesse africaine et sénégalaise souhaitant entreprendre
Le parcours professionnel de Khadim Bâ inspire réellement la jeunesse de son pays, et apporte ainsi une vision pragmatique du monde de l’entrepreneuriat avec de réelles perspectives d’avenir. Il apprécie ainsi les écrits de Saint-Exupéry qu’il paraphrase volontiers dès qu’il le peut : « les jeunes africains n’ont pas à prévoir l’avenir mais à le permettre ». Lorsque Khadim Bâ s’adresse aux jeunes générations, il n’hésite pas à les prodiguer de précieux conseils pour réussir, « sans se focaliser excessivement sur la variable argent » mais au contraire, en se concentrant sur un projet avec passion.
Pour Khadim Bâ, le Sénégal est avant tout une terre d’opportunité. Lorsqu’il évoque la cité de Dakar, il n’hésite pas à qualifier cette dernière destination d’authentique « Rotterdam » de l’Afrique, ceci grâce à ses infrastructures pétrolières en devenir. Son entrée au capital de la Société africaine de raffinage (Sar) a été vécue par le principal intéressé comme « un grand honneur » et une importante responsabilité – rappelons au passage que cette entrée au capital s’est effectuée à hauteur de 34%. On le voit bien, l’homme est non seulement généreux avec ses concitoyens et la jeunesse d’Afrique, mais n’hésite pas à relever des défis majeurs, dans le but d’apporter une contribution notable à son pays d’origine.Quelles sont les activités de Locafrique ?
Depuis ses débuts en 1977, la Compagnie Ouest Africaine de Crédit-bail ambitionne d’être la première société spécialisée dans les opérations de leasing au Sénégal. Dans le même temps, cette entreprise souhaite également mettre en place des projets de financement dans les domaines divers du transport, de la logistique ou de l’agro-industrie. Sous l’impulsion de Khadim Bâ, Locafrique évolue et se dote d’une équipe essentiellement composée de jeunes entrepreneurs, au service d’une clientèle plus diverse. Ainsi, au-delà des produits financiers relatifs à une clientèle B2B, Locafrique souhaite désormais toucher une plus grande partie de la population – particuliers comme institutionnels.
A l’heure actuelle, Locafrique est en mesure de proposer de multiples solutions de financement comme le traditionnel crédit-bail, la location avec option d’achat (LOA), le crédit-bail opérationnel ou encore le leasing-back. En d’autres termes, l’état d’esprit de l’entreprise est entièrement tourné vers une formule de type « gagnant-gagnant », poussant chaque client et partenaire à atteindre ses objectifs de croissance.Locafrique : du crédit-bail jusqu’aux activités pétrolières
Comment une entreprise spécialisée à l’origine dans le crédit-bail a pu se retrouver à travailler dans le secteur pétrolier – un levier économique important à Dakar ? Tout simplement sous l’impulsion de la nouvelle direction stratégique initiée par Khadim Bâ, lors de son entrée au capital de l’entreprise en 2017. Cette évolution structurelle est le fruit d’une réflexion profonde du principal intéressé, qui profite de ses études à l’étranger pour entrevoir des passerelles entre les différents secteurs du monde des affaires.Pour Khadim Bâ, il s’agit essentiellement de faire du Sénégal une authentique zone de transit pour le pétrole Africain, avec pour objectif assumé de pousser les prix à la pompe vers le bas. Dans le même temps, l’idée est d’encourager une augmentation notable des capacités de raffinage du pays.Mais les ambitions du jeune entrepreneur en matière d’énergie ne s’arrêtent pas là. En effet et dès l’année 2018, celui-ci souhaite inscrire durablement la société dans le Programme de transformation du gaz naturel liquéfié en électricité et en gaz butane – programme initié par l’Etat sous l’appellation de Plan Sénégal Emergent (PSE). Ainsi, lors du Forum des investisseurs de Paris en 2018, Khadim Bâ annonce un financement disponible à hauteur de 417 milliards de francs CFA – 636 millions d’euros. Pour le Directeur général de Locafrique, la réalisation du projet aura le double avantage de « réduire substantiellement les coûts de production de l’électricité, tout en diversifiant les sources de production ».