Karine Le Marchand ironise avec humour sur ses lendemains de fête

Ce week-end, toute la nation était en fête à l’occasion des célébrations du 14 juillet. Mais dès la veille, certaines personnalités ont voulu prendre de l’avance ; ce fut notamment le cas de l’animatrice Karine Le Marchand, qui semble avoir eu du mal à s’en remettre et l’a fait savoir.

Décidément, ce week-end de Fête Nationale était placé pour beaucoup sous le signe des festivités. Si Brigitte et Emmanuel Macron se sont prêtés au traditionnel défilé militaire à l’occasion des célébrations du 14 juillet, et la famille princière de Monaco au gala annuel Fight Aids Monaco en mode « beach party » ce samedi 13 juillet, la ravissante Karine Le Marchand semble avoir elle aussi festoyé ce week-end et même tiré un peu trop sur la corde.

En effet, l’animatrice de 50 ans, devenue très populaire grâce à l’émission L’Amour est dans le pré diffusée sur M6, et maman de la jeune Alya (16 ans), est une personnalité très active sur les réseaux sociaux et notamment sur son compte Instagram. Si, il y a cinq jours, elle a posté un cliché au côté de l’actrice Anna Mouglalis lors du tournage de la série Baron Noir (Karine fait en effet une apparition dans la saison 3 actuellement en production pour Canal+), elle vient aussi de nous apprendre via son réseau social préféré qu’elle avait un peu trop fait la fête ce samedi 13 juillet.

Celle qui a été en couple avec le chanteurPassi (2005-2006), le champion du monde de footballLilian Thuram (2007-2013) et le comédien et rappeurJoeyStarr (2018), a en effet partagé un amusant dessin représentant une femme sensiblement enveloppée se pesant à l’envers avec le massage « J’ai maigri ! », comme pour se déculpabiliser avec humour des écarts de la veille, agrémenté de la légende : « Lendemain de fête…faut pas stresser… »

Mais nul doute que la séduisante Karine ne stressera pas, car on a beau la croire sans mal quant au festin royal qu’elle a dû engloutir samedi soir, on l’imagine cependant moins avoir ne serait-ce qu’un ou deux kilos à perdre…