Jenifer : cette petite humiliation surmontée en plein come-back

La chanteuse Jenifer a retrouvé avec plaisir le chemin de la scène et achève sa tournée ce 15 décembre à la salle Pleyel à Paris. Pourtant, à l’origine, l’artiste corse était frileuse à l’idée d’accueillir les premières dates de cette tournée.

Ce dimanche 15 décembre à Paris, Jenifer donne l’ultime concert des soixante-dix dates de sa tournée. « La scène est un moment unique à chaque fois. Chaque soir, j’ai eu la sensation de vous retrouver, retrouver une famille, des amis. J’ai la chance de vous avoir« , écrivait Jenifer dans un long message publié sur Instagram. « Cette tournée est surtout une forme de liberté totale et de renaissance pour moi et je vous en serai éternellement reconnaissante« . Le Figaro a consacré un long portrait à la chanteuse et l’ancienne jurée de The Voice.

En mars 2017, elle décide de faire une pause dans sa carrière après un accident de la route qui a coûté la vie à deux personnes. Finalement, Jenifer cède à l’appel de la musique. A l’été 2018, elle revient en studio pour enregistrer quatre-vingt huit chansons et préparer une nouvelle tournée. Elle accepte, notamment, un texte sur le décès de son oncle abattu fin 2017 à Bastia. Mais, les Corses sont frileux. « Les tourneurs locaux qui ne voulaient plus d’elle acceptent du bout des lèvres de monter une tournée.Ils trouvent Thierry Saïd complètement fou mais lui font confiance. Sans danseurs, sans effets spéciaux pour limiter les risques financiers, Jenifer va faire ses concerts à l’ancienne », écrit le quotidien.

Avec les années, Jenifer a toujours gardé un attachement particulier pour la Corse. C’est sur l’île de Beauté qu’elle a épousé l’entrepreneur Ambroise Fieschi, son compagnon depuis trois ans, au mois d’août dans une cérémonie intime. Si elle passe une grande partie de son temps à Paris, avec ses deux fils Aaron et Joseph, elle aime retourner se ressourcer sur son île. Mais, en Corse, tout n’est pas toujours simple pour la chanteuse et son mari. Tous les deux pourraient être la cible de la mafia corse en raison de leur proximité avec Guy Orsoni, un ancien leader nationaliste.