JAMRA fait réintégrer 493 agents à la Senelec

 C’est un ouf de soulagement pour 493 agents de la Senelec qui vienne d’être réintégrés. Une réintégration qui a obtenu grâce à une médiation de l’ONG JAMRA.

Une rencontre avait assurément permis d’enrichir la série de discussions que nous avions engagée depuis le mois de février de cette année avec les autorités de la Senelec, en vue de trouver une solution consensuelle à la situation des ex-agents contractuels, que l’avènement des nouveaux  compteurs «woyofal», dont le rythme de généralisation avait été surestimé, avait prématurément provoqué la compression brutale de leurs effectifs.

Ainsi le tiers du personnel concerné, soit 493 sera réintégré. Il reste donc à peine 187 à rétablir à leurs postes de travail respectifs. Pour lesquels ils n’ont aucune préférence régionale d’affectation, lorsqu’il plaira au Conseil d’administration, dont la réunion annuelle est prévue dans le courant du mois en cours, d’autoriser la direction de la Senelec (comme ce fut le cas avec le ci-devant DG Makhtar Cissé) de les dispatcher dans les différentes agences des 45 départements du pays.

Le Collectif des ex-agents contractuels salue les louables efforts que ne cesse de consentir la nouvelle direction de la Senelec qui, depuis la reprise en main de ce dossier, ne ménage aucun effort pour la préservation d’un climat social apaisé, propice au maintien de l’image de marque de cette entreprise publique performante. Se félicite de l’oreille attentive que la direction générale a toujours prêtée aux légitimes espoirs des contractuels. Et qui devrait favoriser un épilogue apaisé, réaliste et productif.

Le Collectif des ex-agents contractuels de la Senelec, après avoir remercié le Directeur général d’avoir bien voulu avoir une dernière séance de travail, cordiale et productive, ce mardi 20 novembre 2019, avec le médiateur de JAMRA, ne s’en remet pas moins à la sagesse de l’arbitrage du Conseil d’administration, dont nous ne doutons pas qu’il permettra de résoudre définitivement ce contentieux qui perdure, en abrégeant la souffrance de ces braves agents, dont la plupart vivent dans une extrême précarité, après 31 mois sans salaires.

D’autant que plusieurs postes de travail, concernant divers profils, que recèle justement notre collectif (comptables, électriciens-monteurs, chauffeurs, etc.), devraient être libérés dès la fin de cette année, consécutivement au décrochage de 121 agents, admis à faire valoir leurs droits à la retraite.

Le Collectif des ex-agents contractuels de la Senelec se nourrit d’autant plus d’espoir que la Banque mondiale, à travers le P.A.S.E. (projet d’appui au secteur de l’électricité) – dont le principal objectif est de contribuer à «réduire les pertes techniques et commerciales» – autorise la Senelec à renforcer en conséquence ses effectifs, indépendamment de son budget de fonctionnement habituel.

Le Collectif des ex-agents contractuels de la Ssenelec prend acte, telle que consigné dans le procès-verbal d’étape du vendredi 17 mai 2019 (en attendant qu’un protocole d’accord définitif soit cosigné), de la légère avancée enregistrée à cette occasion, et qu’il plaira à la bienveillante autorité du Conseil d’administration de consolider, en donnant son aval à la Direction générale, afin que les 187 agents restant puissent retrouver leurs emplois et leur dignité. Et continuer à servir cette entreprise qu’ils aiment tant, et où la plupart d’entre-eux ont pu capitaliser entre 5 et 10 ans de bons et loyaux services.