Jalousie : Un coup de fil suspect atterri à la barre

Pour un coup de fil jugé suspect, A. Mendy cogne sa copine A. Faye et l’oblige à l’embrasser. Il se fera mordre finalement. Le tribunal se chargera de trancher ce dossier transmis par le commissariat de la Médina.

A. Mendy a été déféré, le 18 novembre dernier, devant le tribunal, pour violation de domicile et coups et blessures volontaires (Cbv) ayant entraîné une incapacité temporaire de travail (Itt) de 10 jours, indique nos confrères du quotidien «Le Soleil». L’échauffourée remonte au vendredi 15 novembre 2019. Vers 00 h, A. Faye (34 ans) reçoit chez elle son petit ami A. Mendy, agent immobilier de profession.
Leur relation, qui n’a fait que 3 mois, rencontre des difficultés. Une dispute éclate. Les nerfs se tendent. D’après la version d’A. Faye, elle a dit à son copain de s’en aller en rangeant le cendrier avant de partir. A. Mendy s’énerve et la roue de coups.
Elle appelle au secours en criant de toutes ses forces, mais la porte étant fermée, ses voisins ne l’ont pas entendue. A. Mendy continuait de la frapper à coups de poing et de pied, alors qu’elle était déjà à terre.
Puis, il l’a relevée, l’a prise au collet et lui a ordonné de l’embrasser. A. Faye refuse et le repousse. Mendy force une nouvelle fois. De toutes ses forces, elle le mord sur la lèvre inférieure. Mendy lâche prise en se tordant de douleur. A. Faye en profite pour se précipiter sur la porte.
 Ce qui a permis à ses voisins de voler à son secours. Toujours furieux, Mendy casse tout dans la chambre. Les témoins s’y mettront à plusieurs avant de le maîtriser. 
Au cours de son interrogatoire, le suspect s’est défendu en soutenant qu’après l’appel téléphonique, c’est lui qui a rompu et non la plaignante. Et lorsqu’il a refusé de ranger le cendrier, A. Faye s’est énervée et s’est jetée sur lui.
Elle a déchiré le col de sa chemise et, pendant 10 minutes, il n’a pas pu se libérer de son emprise. Elle l’a mordu. Et il l’a frappée.
Au sujet de ce qui lui est reproché, il répond qu’il ne peut s’agir de violation de domicile parce qu’il contribue au loyer de la chambre et y passe la nuit de temps en temps. Pour ce qui est des coups et blessures, il estime qu’ils sont réciproques, parce qu’il a lui-même déposé une plainte contre son ex-copine et détient un certificat médical.