Infanticide : Elle tue son bébé mais sursaute à chaque fois qu’elle entend des cris de bébé !

597

Même élargies de p****n, les femmes coupables de délit d’ infanticide éprouvent toujours des difficultés pour oublier le crime qu’elles ont commis. Traumatisée à vie, certaines ne veulent plus entendre le cri d’un bébé, tandis que d’autres refusent de se remarier ou même d’enfanter à nouveau.

C’est bien le cas de Aita Nb qui encore en phase traumatique. Jugée coupable d’infanticide, elle avait enveloppé son nouveau-né dans un drap avant de le jeter dans une fosse septique. Six ans après les faits macabres, les images atroces se bousculent toujours dans sa tête. « Aucune femme n’aimerait t**r son nouveau-né  après neuf mois de grossesse.

Mais, parfois les pressions sociales et le regard de l’autre nous poussent à commettre l’irréparable. Moi, j’avais tué mon enfant parce qu’étant divorcé, je ne pouvais supporter de croiser le regard de mon ex-belle famille qui a tout fait pour briser mon mariage, parce qu’elle me traitait de femme aux mœurs légères.

Si la police ne m’avait pas arrêté à temps, j’allais me suicider ».C’est aussi le cas de Bator, qui a mis fin à la vie de son bébé. « Mon fils a crié  deux fois avant de mourir. Sa voix résonne toujours dans ma tête »,relate l’observateur.Un autre qui  a aussi tué son bébé a affirmé que son enfant qu’elle a tué a emporté avec lui tout désir maternel chez elle. C’est dire que sans assistance psychologue ou autres spécialistes, ces femmes tueuses risquent d’être traumatisées à vie !