“Imposer le respect du calendrier républicain ou accepter de faire face au totalitarisme”

La volonté des populations gouvernées ne s’exprime, valablement et en respect de leurs droits fondamentaux de liberté, que par les élections pour désigner des élus, mais aussi délimiter le temps d’exercice des pouvoirs souvent sous la menace d’une dévolution.

Le temps d’un mandat devient alors une donnée immuable, aussi importante que l’élection du citoyen par le Peuple. Respecter le calendrier républicain, c’est donc respecter le suffrage universel et l’inviolabilité du délai imparti pour l’exercice du mandat.

Or certains gouvernants ont souvent tendance à reporter des élections pour une raison ou pour une autre, lorsque les mandats s’achèvent. Ce qui, bien entendu, contrevient à la volonté du Peuple. Quoi que cela puisse coûter et quelles que soient les circonstances majeures, tenir les élections régulières constitue une exigence démocratique conforme au calendrier républicain.

Initialement prévue en juin 2019, les élections locales, après deux reports, étaient fixées en mars 2021 une date qui risque d’être encore faussée au regards des exigences, en termes de principes, de fichier électorales à réviser mais aussi et surtout une entente avec l’opposition.

Le président Macky Sall, notre allié de toujours, semble être le seul maître du jeu aujourd’hui dans le landerneau politique sénégalais. Nous le soutenons pour des raisons démocratiques et cela sera toujours le cas, s’il se conforme toujours aux principes républicains qui gouvernent nos actions politiques de tous les temps.

S’il décide de nous imposer, d’imposer aux Sénégalais la manigance crypto politicienne, nous serons obligés de faire face et d’inviter le peuple au refus et à la résistance, conformément à ce que leur octroie leur droit citoyen vivants dans une République démocratique ou qui aspirent à ces valeurs que nous voulons immuables.

Si le Sénégal accepte que soient encore reportés les locales à venir, ils seront dans l’obligation d’accepter le report de toutes les autres électorales à savoir les législatives et pourquoi pas la présidentielle de 2024. Une République démocratique c’est la tenue régulière de toutes les élections à des dates connues de tous les acteurs et de tous les partis qui aspirent à la magistrature suprême.

Ils veulent nous forcer à avaler des goûts amères pour satisfaire des égos passagers. La République a des règles à respecter sinon le peuple se verra forcer de faire face au totalitarisme, pire à la dictature électorale.

Le Sénégal, pays de lumière tomberait alors dans les ténèbres de Satan si cet outrage guide son avenir politique. J’invite alors, mon allié le président Macky Sall de s’activer pour le respect du calendrier républicain. A bon entendeur, salut !

Par Cheikh Ibrahima Diallo, S/G du parti PJD et membre de Benno Bokk Yaakar.