Ilhan Omar et trois autres élues démocrates répondent à Donald Trump: « Il … »

Alexandria Ocasio-Cortez, Ayanna Pressley, Rashida Tlaib et Ilhan Omar ont tenu une conférence de presse à Washington en réponse aux tweets xénophobes du président américain.

ÉTATS-UNIS – Elles n’ont pas mâché leurs mots. Les quatre élues démocrates issues de minorités attaquées par Donald Trump dans une série de tweets xénophobes ont répondu ce lundi 15 juillet au président américain, lors d’une conférence de presse commune à Washington. 

“On ne nous fera pas taire”, a affirmé l’élue noire du Massachusetts Ayanna Pressley, qui a accusé Donald Trump de manquer “de la grâce, de l’empathie, de la compassion et de l’intégrité qu’exigent la fonction” présidentielle.

“J’encourage néanmoins les Américains (…) à ne pas mordre à l’hameçon”, a-t-elle ajouté, voyant dans les attaques du milliardaire républicain “une distraction” pour détourner l’attention “des problèmes affectant les Américains”.

CNN @CNN

« Our squad includes any person committed to building a more equitable and just world… We cannot, we will not, be silenced. »

Rep. Ayanna Pressley responds to President Trump’s racist tweets attacking Democratic congresswomen. https://cnn.it/2LW2NKe  1 289 22:58 – 15 juil. 2019 815 personnes parlent à ce sujet

Une “attaque ouvertement raciste”

Également visée par les tweets présidentiels, Ilhan Omar a accusé de son côté Donald Trump, auteur selon elle d’une “attaque ouvertement raciste à l’encontre de quatre élues de couleur”, de promouvoir les idées des nationalistes blancs.

“Nous avons un président qui a mis sur le même plan les néo-nazis et ceux qui manifestaient contre eux de Charlottesville. Nous avons un président qui a ouvertement v**lé la valeur même que notre pays aspire à porter: l’égalité dans la loi, la liberté religieuse, l’égalité de protection, et la protection face à la persécution”, a-t-elle dit.

CNN @CNN

Democratic Rep. Ilhan Omar accuses President Trump of « launching a blatantly racist attack on four duly elected members » of the US House of Representatives. « This is the agenda of white nationalists. » https://cnn.it/2k6hFdx  2 181 23:21 – 15 juil. 2019 1 380 personnes parlent à ce sujet

“Nous avons le choix: nous pouvons continuer de laisser ses pouvoirs à ce président et parler de toutes les ordures qui sortent de sa bouche, ou bien nous pouvons le porter responsable de ses délits (…) Il est temps pour nous d’arrêter ce président qui se moque de notre Constitution. Il est temps pour nous de destituer ce président”, a poursuivi Ilhan Omar, première femme musulmane élue au Congrès américain avec Rashida Tlaib.

La question du lancement d’un processus de destitution de Donald Trump divise l’opposition démocrate.

Amee Vanderpool @girlsreallyrule

Rep. @IlhanMN Omar: « It is time for us to impeach this President. » 1 089 22:53 – 15 juil. 2019 342 personnes parlent à ce sujet

La benjamine du Congrès Alexandria Ocasio-Cortez a elle déclaré ne pas être “surprise” par la “rhétorique” du président, régulièrement accusé de racisme depuis son arrivée à la Maison Blanche.

CNN Politics @CNNPolitics

Rep. Alexandria Ocasio-Cortez: « We’ll stay focused on our agenda and we won’t get caught slipping » https://cnn.it/2NVz86D  165 23:30 – 15 juil. 2019 88 personnes parlent à ce sujet

La stratégie politique du locataire de la Maison Blanche est claire: enfoncer des coins dans la famille démocrate, traversée de tensions. Le président américain cible sciemment quatre jeunes élues du Congrès qui se situent sur l’aile gauche du parti et dont les désaccords avec Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, alimentent régulièrement la chronique à Washington.

“Avec cette sortie délibérément raciste, Donald Trump cherche à rendre les personnes ciblées plus visibles, à pousser les démocrates à les défendre et à en faire des emblèmes du parti tout entier”, a estimé David Axelrod, ancien proche conseiller de Barack Obama. “C’est un calcul froid et cynique”.

Quelques heures plus tard, Donald Trump validait lui-même point par point cette analyse en expliquant dans un tweet que les démocrates avaient essayé de prendre leurs distances avec les quatre élues, mais étaient “désormais contraints de les défendre”. “Cela signifie qu’ils soutiennent le socialisme, la haine d’Israël et des États-Unis!”, a-t-il conclu.

Donald J. Trump @realDonaldTrump

The Dems were trying to distance themselves from the four “progressives,” but now they are forced to embrace them. That means they are endorsing Socialism, hate of Israel and the USA! Not good for the Democrats! 96,5 k 22:26 – 15 juil. 2019Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité 52,3 k personnes parlent à ce sujet

“Les démocrates essayaient de prendre leurs distances avec les quatre ‘progressistes’, mais sont maintenant forcés de les soutenir. Cela signifie qu’ils soutiennent le socialisme, la haine d’Israël et des États-Unis! Pas bon pour les démocrates!”