Il y aura bientôt une plateforme dédiée à l’endométriose

Pour venir en aide aux femmes souffrant d’endométriose, il y aura bientôt une nouvelle plateforme dédiée, baptisée EndoZiwig.

Une femme sur dix souffre d’endométriose en France. Et la maladie est longtemps restée banalisée sous : « avoir mal pendant ses règles, c’est normal ». Mais depuis quelques années, la parole et la recherche se développent. Elle fera désormais partie de l’enseignement des étudiants en médecine dès le second cycle. Les questions autour du Lutényl et du Lutéran, souvent utilisé contre cette maladie et présentant un fort risque de méningiome, ont contribué à éveiller les consciences sur le sujet. Et bientôt, une plateforme dédiée, baptisée EndoZiwig, verra le jour,comme le révèle Le Parisien.
Sur le même sujet
endométriose : plan de santé national
Endométriose : des médecins réclament un plan de santé national

C’est une entreprise lyonnaise qui l’a mise au point, en collaborant avec la Société de chirurgie gynécologique et pelvienne (SCGP). Dans la mesure où cette maladie entraîne en moyenne une errance médicale de 7 ans, l’objectif de la plateforme endométriose est d’orienter les patientes vers les bons spécialistes le plus rapidement possible. D’autre part, la France manque de personnels formés à cette pathologie, et les temps d’attente sont souvent très longs pour avoir un rendez-vous.
Un dossier médical en ligne et spécifique

Concrètement, EndoZiwig fonctionnera comme un dossier médical en ligne. La patiente pourra y ajouter ses comptes rendus médicaux, répondre à des questionnaires proposés par les professionnels de santé. Elle y détaille aussi ses atteintes physiques et mentales. La plateforme permettrait de recueillir 550 informations pour chaque femme inscrite. Une intelligence artificielle évalue ensuite sa situation et son « risque » afin de l’orienter correctement vers un professionnel de santé.

Qu’importe le praticien vers qui est orientée la patiente, il détient en amont toutes les informations essentielles sur l’état de la patiente et peut consacrer davantage de temps à l’écouter, souligne le patron de l’entreprise à l’initiative d’EndoZiwig au Parisien. Les patientes n’ont donc plus à reprendre toute leur histoire et à détailler leurs dossiers médicaux à chaque consultation.

Source : Le Parisien

Lire aussi :

[Témoignage] "Le Lutéran est un confort d'aujourd'hui et un risque pour demain"
L'endométriose va enfin être enseignée aux étudiants de médecine de 2ème cycle

Inscrivez-vous à la Newsletter de Top Santé pour recevoir gratuitement les dernières actualités