Ibrahima Sarr, SG Sntpt : ‘’Des opérateurs qui n’ont pas de licence font une concurrence déloyale à La Poste’’

247

Les travailleurs de La Poste sont déterminés pour éviter la faillite de l’entreprise nationale postale. Ces derniers qui ont organisé une marche pacifique, hier, ont listé les maux qui gangrènent la société.  
Ibrahima Sarr, secrétaire général du syndicat des travailleurs de la Poste (Sntpt), note une concurrence déloyale de certains opérateurs qui n’ont pas parfois la licence, à leur entreprise.   
‘’Nous avons constaté une régulation bancale qui ne s’occupe que des télécoms. La régulation postale est laissée en rade. Ce qui fait qu’il y a l’émergence de beaucoup d’opérateurs postaux. Certains ont une licence, d’autres ne l’ont pas, mais tous opèrent dans le domaine réservé à l’opérateur historique et qui le soumet à une concurrence déloyale’’, remarque Ibrahima Sarr.               
Selon lui, La Poste mérite plus d’égards de la part de l’Etat qui est en train de l’étouffer de par les dettes qu’il doit à la société. ‘’La Poste effectue aujourd’hui les paiements de masse notamment ceux des bourses de sécurité familiale, informe-t-il. De 2017 à 2019, l’Etat n’a pas remboursé les importantes sommes engagées par la société nationale. Ça faisait un cumul de 42 milliards. En 2021, l’Etat a résorbé 15 milliards de F Cfa. Donc il y a un gap énorme et cela impacte négativement sur l’exploitation de La Poste.’’
L’Etat devrait aussi ‘’de s’acquitter de la rémunération du service public. C’est une modique somme qui est allouée à La Poste, néanmoins il cumule des arriérés d’un montant de 20 milliards de F Cfa’’, rappelle les travailleurs de la Poste.
Ils demandent aussi à l’État l’attribution de marchés. ‘’L’Etat donne des marchés à des structures privées que La Poste peut exécuter. Aujourd’hui nous présentons des offres qui défient toute concurrence. Mais on choisit les structures privées au détriment de La Poste’’, regrette Ibrahima Sarr.