Hong Kong va interdire le port d’un masque lors des manifestations

L’exécutif hongkongais va bientôt interdire le port du masque lors des manifestations, afin d’en finir avec quatre mois d’une crise politique inédite dans l’ex-colonie britannique, rapportent des médias locaux. Hong Kong est depuis début juin le théâtre d’actions quasi quotidiennes pour dénoncer le recul des libertés et les ingérences grandissantes de Pékin dans les affaires de sa région semi-autonome, et exiger des réformes démocratiques. 
 Ni le gouvernement central chinois ni l’exécutif hongkongais, qui est aligné sur Pékin, ne sont parvenus à calmer la contestation, qui donne lieu à des affrontements de plus en plus violents entre radicaux et forces de l’ordre. Pour ne pas être identifiés et éviter de futures poursuites judiciaires, les manifestants portent pour la plupart des masques faciaux, et souvent des casques, des lunettes de protection et des masques à gaz afin de se protéger des gaz lacrymogènes et des projectiles tirés par la police. 
 A en croire le South China Morning Post, l’exécutif local espère dissuader les manifestants de descendre dans les rues en invoquant une loi d’urgence datant de l’époque coloniale qui ne nécessite pas un vote du Conseil législatif, le « Parlement » local. La cheffe de l’exécutif Carrie Lam doit annoncer vendredi cette décision, relate le Post. Mardi a été la journée la plus violente à Hong Kong depuis le début de la mobilisation.