Homosexualité: La société civile attire l’attention du gouvernement …

Réagissant à la suite de l’affaire dite Oxam, organisation accusée par un de ses cadres de faire la promotion de l’homosexualité, le Groupe des organisations de la société civile a attiré, au cours d’un point de presse ce mardi, l’attention du gouvernement sénégalais sur ce qu’il appelle « l’agenda caché » de certains de ses partenaires. Pour ces organisations, le gouvernement doit être « beaucoup plus vigilent » concernant le financement des Ong.

« La collaboration avec les organisations internationales et nos partenaires doit reposer sur les principes et les valeurs qui sous-tendent le commun vouloir de vie commune de la nation sénégalaise. En aucun cas, nous ne pouvons promouvoir la promotion de l’homosexualité et ses pratiques assimilées sous prétexte des financements que nous recevons des organisations internationales. Nous marquons notre opposition à l’agenda caché de certains partenaires et organisations internationales qui, sous le manteau d’une présumée lutte pour la défense des droits humains, tentent de promouvoir le développement des communautés LGBTI, au Sénégal », ont déclaré ces organisations face aux journalistes.

Il s’agit de l’Ong 3D, de la Raddho, de l’Osidea, du Forum du justiciable, du Collectif des organisations de la société civile (Cosce), dirigé par Valdiodio Ndiaye, des religieux à l’image d’Imam Madou Moctar Kanté, du mouvement Y en a marre, de la Ligue sénégalaise des droits humains, entre autres organisations.  

Sadikh Niasse et ses camarades de rappeler en outre que la question liée au licenciement annoncé d’Elimane Kane relève du domaine privé comme il l’a dit lui-même. Mais, insistent-ils, « notre action va dans le sens des pressions venant des organisations internationales consistant à promouvoir les contre-valeurs ».

Par ailleurs, ces organisations de la société civile ont précisé qu’elles défendent, pour la plupart, les principes de la non-discrimination de l’égalité devant la loi et du droit à un procès équitable, le principe de la non-violence et du respect de la vie privée des individus. Ce qui, à leurs yeux, est différente de la promotion des LGBTI.