HAUSSE DU PRIX DE L’ELECTRICITE : MOMAR NDAO SOUTIENT L’ETAT

Le ministre du Pétrole et des Energies, Mouhamadou Makhtar Cissé, a annoncé ce matin une hausse prochaine du prix de l’électricité. Même si l’application de la  mesure n’est pas encore déterminée, les réactions commencent déjà à fuser.

Ainsi, pour le président de l’Association des consommateurs du Sénégal (Ascosen), cette hausse est préférable au délestage.

‘’Nous préférons que le prix soit réajusté plutôt qu’il n’y ait pas de courant’’, a averti Momar Ndao. Qui rappelle les difficultés vécues en 2011 avec  les émeutes de l’électricité.  

‘’C’est la même situation. Il y a un besoin de 125 milliards de francs, selon la commission de régulation, et de 150 milliards de budget par rapport à la loi de finances rectificative pour faire face à cette possibilité’’, fait savoir le président de l’Ascosen.

Ce dernier considère, en outre, que si rien n’est fait,  la Senelec n’aura plus la possibilité d’acheter du carburant pour faire face à ses besoins et on risque, dit-il,  de retomber dans les délestages.

Cependant, Momar Ndao pense  que malgré cette hausse, Il est souhaitable de rester dans une fourchette inférieure à ce que nous avions juste avant la baisse de 10 %. ‘’Cette variation ne devrait pas dépasser la baisse qu’on avait obtenue par rapport au prix des hydrocarbures’’, soutient Momar Ndao.

Ce dernier pense également qu’il faut veiller à ce que les moyens nantis soient préservés dans cet ajustement. ‘’En 2008, quand il y avait la nécessité d’augmenter le prix de l’électricité, on avait obtenu de sorte que les  petites bourses  payaient les tarifs les plus faibles. Dans tous ces réajustements, il faudra tenir compte des ménages à faibles revenus’’.