[Gros plan] Collecte des ordures : Bienvenue à la Brigade d’intervention rapide

Ils jouent un rôle très important pour assurer la propreté dans le pays, Dakar en particulier. Et leur travail en cette période d’hivernage n’est pas de tout repos. Sol humide, déchets trempés d’eau de pluie, odeur nauséabonde : C’est ce qu’affrontent au quotidien les éléments de la Brigade d’intervention rapide (Bir), une entité spéciale de l’Unité de coordination de la gestion des déchets solides (Ucg).

Déjà à minuit, sous la houlette de Mamadou Diop, le chef de ce département, les techniciens de surface font le tour des grandes artères de Dakar, bravant la pluie et le vent, à l’heure où tout le monde ou presque est dans les bras de Morphée. Leur seul sacerdoce : rendre la ville propre avant l’aube. Malgré leur amour pour ce métier, ces travailleurs sont confrontés à des difficultés.

Dans ce reportage réalisé par Seneweb, ils se confient à cœur ouvert : incivisme des Sénégalais, salaires insuffisants par rapport au travail fourni. Pis, pour affronter la saleté, ces travailleurs n’ont pas le matériel adéquat. Certains d’entre eux n’ont ni gants ni masques. Par conséquent, ils sont exposés à des risques d’infection des voies respiratoires, mais aussi à des risques biologiques.

Pour un Sénégal propre et une capitale avec zéro déchet, le gouvernement est interpellé sur le minimum, c’est-à-dire un salaire décent et du matériel adéquat pour accomplir une telle mission.