Giaba – Kimelabou Aba dénonce l’étau, l’enclume et le marteau des terroristes dans l’espace Cedeao

La 21ème réunion du Comité ministériel du Groupe Intergouvernemental d’Action contre le blanchiment d’Argent en Afrique (Giaba) s’est ouvert ce matin, à Saly.

L’occasion d’échanger sur les enjeux du blanchiment des capitaux et du financement du terrorisme dans l’espace Cedeao et de leurs conséquences néfastes sur l’économie des États.

Pour le directeur général du Giaba, Kimelabou Aba, l’espace communautaire de la Cedeao semble être pris en étau  »entre l’enclume des pirates dans les mers au sud et le marteau des terroristes dans le Sahel au nord ».

 »Notre communauté est le théâtre de nombreuses attaques terroristes qui deviennent de plus en plus banales et quotidiennes dans certains pays de notre espace communautaire, notamment au Nigeria, au Mali, au Burkina Faso et au Niger. Par ailleurs, les eaux du Golfe de Guinée, notamment celles au large du Bénin et du Togo ont connu également une recrudescence des attaques de pirates, il y a de cela quelques jours après une accalmie de quelques années », déplore Kimelabou Aba, directeur général du Giaba.

 »Ces attaques », à l’en croire, ont de lourdes conséquences pour les communautés. »En effet, non seulement, elles occasionnent de nombreuses pertes en vies humaines, des blessés et mutilés de guerre, des prises d’otages, mais elles paralysent également toutes les activités dans les localités les plus affectées : notamment, des fermetures d’écoles, de formations sanitaires, de commerces et autres services publics et privés de base », assure-t-il.

Ainsi, au lieu pour les États de mobiliser et de consacrer leurs ressources pour leur développement, ils les mobilisent pour faire face aux attaques, en vue de d’assurer la sécurité de leurs populations et de leurs biens.

Aux pays victimes des actes lâches et barbares, perpétrés par des personnes  »sans loi, ni foi », Kimelabou Aba, a présenté ses condoléances et son entière solidarité.

En outre, il invite les pays à apporter  »une riposte vigoureuse et appropriée en privant les terroristes de leurs moyens de subsistance et d’actions par la mise en place des cadres juridiques et institutionnels robustes et efficaces ».