Garde à vue : Voici les délits visés contre l’activiste Karim Xrum Xax

Abdou Karim Guèye risque gros. De lourdes charges pourraient être retenus à son encontre. Il est, en ce moment, placé en garde à vue, dans les locaux de la Section de recherches de la gendarmerie de Colobane. Ceci, après son face-à-face avec les pandores.
Dans une déclaration, son camarade activiste Guy Marius Sagna a renseigné sur les délits visés dans ce dossier. « Mon camarade et frère Abdou Karim Gueye est à la Section de recherches de la gendarmerie de Colobane. Ils l’accusent d’offense au chef de l’État, de provocation directe à un attroupement non suivi d’effet, de provocation directe à la désobéissance aux lois et d’outrage envers les dépositaires des forces de l’ordre », a-t-il énuméré.
Sur les lieux depuis 14h pour soutenir le mis en cause, il avance : « Le problème n’est pas mon frère Karim Xrum Xax. Le problème, c’est cette drôle de guerre et ce drôle de chef de guerre le président Macky Sall. Ce chef de guerre sait que fumer tue plus que le Covid-19 et pourtant il n’interdit pas de fumer mais se limite à informer et sensibiliser pour parler comme Waltako ».
Guy Marius Sagna : « Ils laissent certains prier et d’autres en sont empêchés. C’est inacceptable »
Selon Guy Marius Sagna, « Macky Sall veut jeter des confréries contre d’autres confréries, des religieux contre d’autres religieux, des religions contre d’autres religions ». « Ils laissent certains prier et d’autres en sont empêchés. C’est inacceptable », peste-t-il.
En réalité, affirme le célèbre activiste, « le Covid-19 a mis le roi du « fagn fagn » à nu. Le roi du wathiathia veut détourner l’attention sur une fausse question religieuse afin de casser le processus de prise de conscience des populations ».
« Ne tombons pas dans le piège de la manipulation religieuse, confrérique irresponsable du président Macky Sall », a-t-il signalé.
Sur ce, il dira qu’une seule chose reste à faire et c’est de refuser la prolongation sans fin de l’État d’urgence. Ce, en exigeant le dépistage massif, le renforcement des moyens de notre système sanitaire. « Il faut doter les populations de masques suffisamment et laisser la vie économique, sociale, religieuse reprendre son cours », a-t-il ajouté dans le document.