Forfaiture ! Par Abdoulaye Thiam

La CAF a encore raté une belle opportunité pour démontrer à la face du monde et surtout à la jeunesse africaine éprise de justice qu’elle mérite respect et considération. Dans cette affaire Zamalek-Génération Foot, l’instance faîtière qui a reconnu dans un communiqué signé par son secrétaire général que les autorités du football égyptien ont menti en invoquant une question sécuritaire pour délocaliser un match de football du Caire à Alexandrie, n’a pas eu le courage de sanctionner Zamalek. En droit, on dit que nulle ne peut se prévaloir de sa propre turpitude, de sa propre immoralité. Zamalek a été pris en flagrant délit de mensonge. La sentence devrait être son élimination pure et simple. Mais à la place, la CAF craignant les foudres déjà annoncées avec désinvolte par le président phallocrate de Zamalek a préféré faire rejouer le match en supportant quelques aspects financiers. Quid du préjudice moral subi par Génération Foot et ses joueurs ? Elle s’en fout.

Mais ça ne devrait étonner personne. Souvenez-vous de l’affaire Lamptey, du nom de ce fameux arbitre ghanéen qui a été reconnu coupable des faits de corruption lors d’un match des éliminatoires du Mondial 2018, entre l’Afrique du Sud et le Sénégal à POLOKWANE ? La CAF l’avait juste suspendu trois mois afin de lui permettre d’officier à la Can prévue au GABON. Il a fallu que la FIFA se saisisse du dossier, que ce dernier arrive même au TAS pour que M. Lamptey soit non seulement radié mais aussi que le match soit rejoué.

En Tanzanie, la Guinée est prise en flagrants délits de fraude sur l’âge. Des documents officiels honteusement falsifiés, mais là aussi la CAF avait fermé les yeux. C’est la détermination du Sénégal et surtout la vigilance de la FIFA qui vont changer la donne. Les Lionceaux seront rétablis dans leur droit et iront à la Coupe du monde de football au Brésil. La liste des exemples est loin d’être exhaustive. On peut y ajouter la finale de la Ligue des champions, le match Maroc-Comores, la désignation des Awards etc.

C’est tout simplement pathétique qu’on assiste à ce spectacle désolant de nos autorités qui ne sont mus que par des appétits carnassiers. Qu’on arrête alors de pleurnicher que notre confédération soit mise sous tutelle.

On en avait marre de Hayatou. Mais force est de reconnaître que l’Afrique du football est tombée de Charybde en Scylla.

Abdoulaye Thiam

Journaliste