Foncier à Tobène : Moustapha Diakhaté exige « la libération immédiate des 23 otages »

??????????

Les violents affrontements à Tobène entre les populations et les forces de l’ordre qui ont abouti à l’arrestation de 23 personnes, continuent à alimenter les débats sur la gouvernance foncière au Sénégal. Réagissant à cet incident, l’ancien président du groupe parlementaire Benno Bokk Yakaar, Moustapha Diakhaté dénonce « une inacceptable violence d’une gouvernance de préférence étrangère ». 
Dans un post sur sa page Facebook, il prend faits et cause pour les populations de Tobène « victimes de la prédation foncière ». Et exige la libération immédiate des 23 « otages de Tobène et l’arrêt de toute poursuite judiciaire à leur encontre ». Voici in extenso le post qu’il a publié sur sa page Facebook:
Injustice foncière et répression du village de Tobène : une inacceptable violence d’une gouvernance de préférence étrangère 
Le village de Tobène vient de vivre un excès de fièvre de la violence d’Etat pour imposer la politique de préférence étrangère et silencier des paysans victimes de la prédation foncière.
Je condamne avec la dernière énergie l’envoi de plusieurs dizainee de gendarmes pour semer la terreur dans le village de Tobène, arrêter de paisibles paysans dont le seul tort est d’exiger une indemnisation correcte de leurs champs que le Président Macky Sall a remis, gracieusement, aux capitalistes indiens afin de permettre aux Industries Chimiques du Sénégal (ICS) d’en exploiter le sous-sol.

J’exige la libération immédiate des 23 otages de Tobène et l’arrêt de toute poursuite judiciaire à leur encontre.
J’invite particulièrement le Président Macky Sall à abandonner sa politique ruineuse de préférence étrangère et de s’engager, sans délais, à revenir à une véritable stratégie de développement national et de progrès social inspiré des luttes démocratique, sociale et politique qui ont conduit à son élection en 2012. 
Plus que jamais, le Président de la République doit associer les populations dans la mise en valeur des ressources naturelles nationales pour que le principe constitutionnel selon lequel elles appartiennent au Peuple cesse d’être un discours abstrait et non crédible.
Vive la République !Qu’Allah bénisse le Sénégal !