Accueil Santé Maladie de la thyroïde: L’iode radioactif pour combattre l’hyperthyroïdie

[Focus] Maladie de la thyroïde: L’iode radioactif pour combattre l’hyperthyroïdie

«Traitement de l’hyperthyroïdie par l’Iode Radioactif (IRATHERAPIE) ». Tel est le thème choisi par l’Association sénégalaise des maladies de la thyroïde (ASMAT), pour célébrer la journée mondiale de lutte contre la thyroïde, ce 25 mai.

Présidente de ladite association, Mame Mbaye Sène affirme qu’il existe 3 types de traitement au Sénégal. « Le traitement médical dont la durée est de 2 ans, l’hyrathérapie (traitement radioactif) et le traitement chirurgical qui est beaucoup plus courant aux États-Unis mais le plus récent au Sénégal et ça intervient au bout de 18 mois. Cette opération chirurgicale est sans complication et est la plus sûre parmi les 2 autres », a énuméré la thérapeute, lors de la cérémonie de la 4ème édition tenue à la Place du Souvenir africain.

Sur ce, elle recommande aux sujets qui ont des prédispositions génétiques -c’est-à-dire des membres de la famille qui ont eu à développer des maladies thyroïdiennes- d’être sensibilisés à cette maladie. «Dès l’instant qu’ils ressentent certains signes, ils doivent impérativement aller en consultation. Ce qu’il faut éviter aussi c’est les contacts psycho-affectifs notamment le stress permanent et les problèmes de couples », a-t-elle conseillé.

« Une maladie beaucoup plus fréquente chez les femmes que les hommes »

En fait, il existe deux formes de thyroïde à savoir l’Hypothyroïdie qui est un fonctionnement faible et l’Hyperthyroïdie qui a un fonctionnement rapide (hyperfonctionnement) dont les signes sont entre autres : Perte de poids, insomnie, nervosité, palpitation, diarrhée, changement de la couleur de la peau, fatigue. « C’est une maladie qui est beaucoup plus fréquente chez les femmes que les hommes. Il en est de même chez les enfants et cela peut aller jusqu’à affecter son intelligence », souligne Mame Mbaye Sène.

La maladie de la thyroïde peut entraîner le c****r du côlon si toutefois il n’y a pas de suivi. Agrégé en médecine interne, enseignant chercheur à l’université Cheikh Anta Diop, le Professeur Demba Diedhiou soutient que parmi les pathologies de la thyroïde, il y a celles en rapport avec l’anatomie, les rapports avec le fonctionnement mais surtout les rapports entre la thyroïde et notre cou. «Cette journée est une occasion pour conscientiser la population sénégalaise et les autorités par rapport à l’utilité mais à la nécessité de faire un screening (une enquête sur toutes les pathologies thyroïdiennes) mais surtout de leur montrer les difficultés que vivent les malades qui souffrent de la thyroïde par rapport à leur prise en charge », a soutenu l’expert.

A l’en croire, cette maladie connaît plusieurs étiologies. « Nous avons un déficit en Iode dans notre alimentation et depuis quelques années nous avons une campagne de salinisation de notre sel de cuisine, c’est le sel iodé. Le facteur le plus fréquent reste celui de la thyroïde; c’est le facteur de la maladie de Basedow qui est lié au stress, aux difficultés de la vie, toute situation de difficulté à que la personne ne peut pas surmonter, qui constitue une tension interne qui favorise l’émergence de certaines pathologies auto immunes parmi lesquelles la maladie de Basedow », a renseigné Pr Diédhiou.

Quitter la version mobile