États-Unis: les étiquettes qualifiant le glyphosate de cancérigène interdites

Alors que le groupe chimique et pharmaceutique fait face à de nombreuses procédures judiciaires, il vient de bénéficier d’une décision favorable de l’Agence américaine de protection de l’environnement.

C’est une petite victoire pour Monsanto. Depuis 2017, la Californie exigeait du géant agricole américain d’apposer sur son herbicide Roundup l’indication « cancérigène probable ». Une mesure qui vient donc d’être rejetée par l’Agence américaine de protection de l’environnement dans une décision rendue jeudi. EPA estime que rien ne prouve que le glyphosate, principal composant du Roundup, cause des cancers, et ajoute qu’il est « irresponsable d’exiger la pose d’étiquettes inexactes sur des produits ».