États-Unis : deuxième nuit d’émeutes dans le Wisconsin, la Garde nationale déployée

Des échauffourées ont opposé, lundi, manifestants et forces de l’ordre pour la deuxième nuit consécutive dans le Wisconsin, où la police a tiré à plusieurs reprises dans le dos d’un homme noir dimanche.

La colère s’intensifie dans les rues de Kenosha, dans le Wisconsin. Le gouverneur démocrate de l’État, Tony Eversa, a ordonné lundi 24 août le déploiement de soldats de la Garde nationale pour soutenir les forces de l’ordre qui devaient faire face, pour la deuxième nuit consécutive, à des échauffourées avec des manifestants. Ces derniers sont venus crier leur exaspération contre la police, qui a tiré à plusieurs reprises dans le dos d’un homme noir dimanche. Le maire de Kenosha, ville située sur la rive du lac Michigan à 65 km au sud de Milwaukee, s’est retrouvé face à des dizaines de manifestants qui ont demandé l’arrestation des policiers impliqués dans la fusillade. Certains contestataires ont tenté d’entrer de force dans le bâtiment de la sûreté publique lorsque le maire, John Antaramian, s’y est réfugié après avoir fui la foule en colère. Manifestations malgré le couvre-feu Peu après la tombée de la nuit, des manifestants défiant le couvre-feu nocturne imposé par les autorités se sont rassemblés devant le tribunal pour crier leur colère et ont lancé des bouteilles d’eau contre des adjoints du shérif, qui ont répondu par des gaz lacrymogènes. Quelques instants plus tard, plusieurs camions de la Garde nationale ont été aperçus près du centre-ville, à proximité du tribunal et du bâtiment de la sûreté publique. Jacob Blake, 29 ans, qui a été transporté d’urgence à l’hôpital dimanche, se trouve dans un état stable après avoir subi une intervention chirurgicale, a déclaré son père à la presse. D’après l’avocat de la famille, les trois jeunes fils de Blake ont assisté à la fusillade alors qu’ils se trouvaient à moins d’un mètre de leur père, dans la voiture familiale. Une vidéo filmée par un témoin montre Blake marcher vers le côté conducteur d’un SUV gris, suivi par deux officiers de police pointant leurs armes dans son dos. Sept coups de feu sont entendus lorsque Blake, qui semble être non armé, ouvre la portière avant du véhicule. On ignore si les officiers ont vu quelque chose à l’intérieur du véhicule qui pourrait expliquer leur geste et si un seul ou les deux policiers ont fait usage de leurs armes. Congé administratif pour les policiers Les policiers impliqués dans la fusillade ont été placés en congé administratif le temps de l’enquête, a indiqué lundi le département de la Justice du Wisconsin. Le gouverneur a par ailleurs appelé à la tenue d’une session parlementaire extraordinaire pour envisager des réformes de la police. Une foule s’était amassée dans la journée sur le lieu de l’incident, et des manifestants ont déclenché des incendies et lancé des briques et des cocktails Molotov en direction de la police, poussant les autorités à ordonner la fermeture des lieux publics situés dans la zone. Cette fusillade est survenue trois mois presque jour pour jour après la mort de George Floyd, un homme afro-américain âgé de 46 ans, lors de son interpellation par la police de Minneapolis, qui a provoqué de vastes manifestations contre les violences policières et les discriminations raciales à travers les États-Unis.