Espagne : Des migrants sénégalais ne veulent pas retourner à Dakar, ce 10 mars

Alors que leur Vol de rapatriement vers Dakar est prévu le 10 mars prochain, des migrants  sénégalais, arrivés par pirogues, aux iles Canaries se braquent et ne veulent pas retourner au Sénégal où il n’y a rien à se mettre sous la dent. 

“Nous retournerons aux îles Canaries, même s’ils nous renvoient, au Sénégal où il n’y a rien”, disent en chœur des migrants sénégalais échoués à Ténérife, en Espagne, rapporte diariodeavisos, visité par Senego. Logés dans les installations de Las Canteras, ils sont tous sommés de rentrer au Sénégal, le 10 mars prochain. Même s’ils se plaignent aussi de ne pas pouvoir poursuivre leur voyage vers la péninsule.

Mor Ndao, 31 ans, originaire de Casamance, est arrivé le 31 décembre à El Hierro. Mor Djob, 41 ans, originaire de Touba, est arrivé le 17 septembre.

 Pauvreté sénégalaise

“Nous ne sommes pas ici pour dormir, nous sommes ici pour travailler, pour envoyer de l’argent à nos familles. J’ai deux enfants”, dit Mor Ndao. “J’en ai trois”, renchérit Mor Djop. “Le problème, c’est qu’il n’y a rien au Sénégal. J’ai été dans l’armée pendant deux ans”, dit Mor Ndao, “mais ensuite je pouvais à peine travailler, il n’y a rien à faire, la pêche est morte, il n’y a plus de poisson. S’ils nous renvoient au Sénégal, peu importe, nous reviendrons quand il n’y aura plus de vent en mer, ce qui tue les gens. Là-bas, les politiciens n’aident que les leurs”, disent-ils.

“Le voyage m’a coûté 1 200 euros. Certaines personnes paient moins cher parce qu’elles mettent en gage une moto ou leur maison. Je n’ai pas de maison à mettre en gage. Je viens en Espagne pour pouvoir en acheter une”, dit Mor Ndao.

Tous Sénégalais

En fait, le gouvernement prépare un vol de rapatriement vers le Sénégal pour le 10 mars. Il était prévue le 24 février, mais le vol a finalement été annulé pour infections au covid-19. C’est le premier vol de ce type depuis 2018.

“Mais ici, nous sommes tous sénégalais”, dit Mor Ndao. “Et quand nous arrivons, personne n’est tenté de dire qu’il vient d’un autre pays, même s’il est sénégalais, au cas où il serait plus facile de rester ? “Oui, bien sûr, il y a des cas. Mais je ne peux pas. Je suis sénégalais et je vais rester sénégalais”, dit Mor Ndao.