Escroquerie foncière : Djamil Kébé écaille encore S S Mbacké Bara

Diamil Kébé revient à la charge pour se plaindre de l’abus dont il est victime dans une transaction foncière avec un certain S.S. Mbacké Bara.

Le plaignant habite à Ndiagne, dans la région de Louga. Victime d’ « un faux marabout » du nom de S.S.Mbacké Bara, il dit ne plus savoir à quel saint se vouer parce que, malgré les plaintes auprès du procureur, son « escroc » court toujours dans les rues, sans être inquiété.

Les sommes avancées…

« Il m’a vendu une maisons à ‘Ndiagne’. Au début, il avait proposé 25 millions. Après marchandage, nous avons convenu 18 millions, après 19 millions . Je lui ai fait savoir que j’allais lui revenir une fois la somme assemblée. Par la suite, je lui ai fait un virement de trois (3) millions. Parce qu’il m’avait demandé de lui faire une avance, sans quoi il allait vendre à quelqu’un d’autre. Je lui devais ainsi 15 millions (…) Quelques semaines après, il m’appelle pour me dire que la maison lui appartient, mais il faut que j’achète à sa mère une voiture et paye ses factures pour que si elle apprend qu’il a vendu la maison, qu’elle ne le prenne pas mal’… Je lui ai demandé d’attendre que je puisse récolter toute la somme qui reste au lieu de lui faire une autre avance, d’où son refus…« , confiait Diamil à senego.

Le rôle joué par S. Moustapha Bara Mbacké…

Djamil Kébé dit même avoir interpellé Serigne Moustapha Bara Mbacké «khalife bou Aladji Bara Fallou» pour lui exposer le problème et lui faire savoir qu’il a remis 17 millions 550 mille à son pair religieux. Ce dernier lui avait même conseillé de verser à S.S.Mbacké Bara le restant de l’argent et de rester à son écoute.

Il aurait arnaqué un autre « Modou Modou… »

Aussi, Diamil Kébé qui est revenu à la charge de révéler que ce même marabout aurait arnaqué un autre « modou modou » établi à Ndiagne sur une somme de 3 millions de franc CFA. « Il voulait lui vendre la même maison…« , souligne-t-il.

« Ces temps-ci, je le vois sur une chaîne YouTube, apporter son soutien aux émigrés. Appartenant à une grande famille, il devait être un exemple et faire respecter sa famille et son nom comme tout bon marabout. Son mauvais comportement et le non-respect de ses engagements font qu’il est tous les jours vilipendé. Il a intérêt à se repentir et retrouver le bon chemin. Il est encore temps. J’ai peur que l’histoire de Marieme Diagne de Thiès se répète entre nous parce qu’il a osé me menacer de mort…« , alerte-t-il.