Emigration clandestine : « Ce phénomène demande une meillleure éducation pour … »

Le ministre des finances et du budget a entamé avec les parlementaires, depuis ce matin, le marathon budgétaire qui va consacrer le budget de l’année 2020-2021. 

Précédemment dans les discussions avec la commission des finances, le ministre Abdoulaye Daouda Diallo avait évoqué plusieurs point d’actualité, notamment, le phénomène de l’émigration clandestine. Il considère que chacun doit jouer sa partition.

« Il s’agit donc d’un problème d’éducation et de tradition car, dans son Fouta natal par exemple, un homme ne peut être considéré comme mature tant qu’il n’a pas voyagé », déclare Abdoulaye Daouda Diallo.

De plus, le ministre des finances et du budget estime que « l’essentiel des jeunes migrants abandonne un emploi pour tenter l’aventure ».

À l’en croire, « la migration clandestine est un phénomène mondial, mais elle doit être encadrée et se faire dans les meilleures conditions de sécurité garantissant la vie humaine ». Ainsi, il propose « qu’une meilleure éducation soit envisagée, surtout à l’égard des investissements massifs du président de la République dans l’agriculture, l’élevage, mais également dans les infrastructures de transformation des produits afin d’inverser la tendance et la fiction de l’exode rural ».