Embouteillage : « 100 milliards de perte », selon Cheikh Oumar Hann

 Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Cheikh Oumar Hann a présidé, ce lundi, la cérémonie d’ouverture du colloque annuel de l’Agence universitaire de la francophonie (Auf) sur les problèmes de mobilité urbaine dans les villes.

Une occasion pour  Cheikh Oumar Hann de révéler qu’à Dakar seulement qui accueille « plus de 50% de la population urbaine du Sénégal, les embouteillages induisent au moins 100 milliards de Cfa de perte par an pour l’économie nationale. » Et d’ajouter : « le Sénégal est confronté à une urbanisation galopante s’accompagnant de problèmes et de déficiences en termes d’urbanisme, d’aménagement, d’architecture entre autres… »

Mobilités urbaines

Le ministre n’a pas manqué de saluer la pertinence du thème pour cette année qui porte sur « le rôle des établissements d’enseignement supérieur et de recherche de l’espace francophone dans la promotion de la ville durable et l’évolution des mobilités urbaines. »

55% de la population dans les zones urbaines

Selon les dernières données de la Banque mondiale, 55% de la population mondiale vit dans les zones urbaines. Une tendance qui s’accroît de plus en plus et atteindra des proportions très élevées, d’ici quelques années. Cette urbanisation galopante pose d’énormes problèmes de mobilité et d’économie notamment dans une ville comme Dakar.

Experts internationaux

Il faut noter également qu’il y avait la présence, du président de l’Association des maires du Sénégal (Ams), Aliou Sall, la première maire de Dakar, Soham El Wardini, le recteur de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, Ibrahima Thioub mais également des experts internationaux, issus notamment de ses établissements membres, pour apporter des éclairages afin de formuler des recommandations.

finale - Embouteillage : "100 milliards de perte", selon Cheikh Oumar Hann