Elodie Fontan : « Jean-Hugues Anglade me fait penser à mon papa »

Qu’est-ce qui vous a attirée dans Prise au piège ?

Elodie Fontan : Ces dernières années, j’ai reçu en majorité des scénarios de comédie. J’en ai fait pas mal et j’ai adoré mais j’avais envie d’aller vers des choses plus sombres. Le projet de Prise au piège est arrivé au bon moment. J’ai tout lu d’un trait. La grosse frustration, c’est que je n’avais pas la fin. J’ai dit oui quand même. Je ne me voyais pas passer à côté.

Avez-vous regardé Vis à vis,la série originelle ?

Non, je ne voulais pas être influencée par ce que les Espagnols avaient fait. J’avais envie de créer ce personnage moi-même.

Est-ce une pression particulière d’être l’héroïne d’une série ?

Oui, parce que j’avais à c…ur de ne pas décevoir ceux qui m’ont accordé leur confiance. J’ai bossé comme une folle en amont pour bien maîtriser les codes de la série, comprendre les failles et les forces de mon personnage… Par chance, j’ai eu des partenaires déments, comme Jean-Hugues Anglade, qui joue mon père. Avec quelqu’un comme lui en face, il faut presque le faire exprès pour être mauvais. Il vous porte et vous pousse à donner le meilleur. Il me fait penser à mon papa. C’est un vrai cadeau professionnellement et humainement. C’est aussi le cas de Manon Azem, Vincent Rottiers, Bruno Debrandt, Samir Boitard… Quelle chance j’ai eue !

Pourquoi avoir quitté Clem au terme de neuf saisons ?

Mes premières interrogations sont arrivées en saison 8. L’année suivante, je savais qu’il fallait que j’arrête. Je ne voulais pas me lasser, ni lasser le public. Je sentais que c’était le bon moment pour tirer ma révérence, mais on ne quitte pas si facilement une équipe qu’on aime profondément. Cela dit, on garde contact. À vie.

Quels sont vos projets personnels et professionnels ?

Je fais une petite pause… Je pense revenir au printemps… Mon compagnon, Philippe Lacheau, a des projets pour La bande à Fifi.

Retrouvez cet article sur Telestar.fr