Éliminatoires CAN 2021 : cacophonie dans l’organisation du match Sénégal-Congo (2-0)

Anzouana Yhoan (#13)from Congo controls the ball at the Lat-Dior stadium in Thies, Senegal, November 13, 2019 during a qualifying game against Senegal ahead of the 2021 Africa Cup of Nations (CAF). (Photo by SEYLLOU / AFP) (Photo by SEYLLOU/AFP via Getty Images)

Le match Sénégal-Congo (2-0) a connu une sérieuse cacophonie dans l’organisation. A l’origine, la Fédération sénégalaise de football a encore failli en ne prenant pas les bonnes mesures. 

C’est ce qu’on appelle un manque d’organisation. Instance de la première nation africaine dans le classement FIFA, la Fédération sénégalaise de football a encore montré ses limites quand il s’agit d’organiser un match international. Non seulement, ils ont confondu le drapeau du Congo à celui de la RD Congo dans la confection des billets, mais le stade Lat Dior ne répond pas à toutes les normes internationales. Certes, il y a eu de progrès, mais la pelouse laisse à désirer. En effet, certains joueurs ont déploré le mauvais était dans lequel se trouvait la pelouse. La preuve, Ismaïla Sarr s’est blessé à cause des mauvaises conditions de jeu avant d’être sorti en début de seconde période. Le joueur risque de ne pas faire le déplacement à Eswatini dimanche prochain pour le compte de la 2e journée des éliminatoires de la CAN.

Parcours d’un combattant pour récupérer les accréditations 

Comme chaque match de l’équipe A, des journalistes ont souvent du mal à récupérer leurs accréditations. Puisque la Fédération n’envoie jamais de Mail pour confirmer les demandes, la presse était confrontée à de sérieux problèmes à quelques heures du coup d’envoi du match Sénégal-Congo. Ceux qui ont été convoqués le mercredi matin, au stade Lat Dior, ont attendu plusieurs heures avant d’être servis. A l’origine, la Commission qui se charge de distribuer les badges traînait à faire son travail. Pire, ils ne répondent même pas aux appels des journalistes qui encore une fois ne reçoivent aucun Mail de confirmation de la part de la Fédération. Une lourde faute professionnelle alors que ceux qui gèrent le football ont voyagé et vu comment ça se passe dans les autres nations. Mais, apparemment, ils ne copient pas ce qui se fait ailleurs. Par exemple, à la CAN et au Mondial, la CAF ou la FIFA confirment les demandes d’accréditations.

La zone mixte assiégée par des supporers, la presse amère

La presse était amère à la fin du match. Réservée aux journalistes pour faire des interviews avec les joueurs, la zone mixte a été assiégée par des supporters qui attendaient la sortie des Lions. Problème, la presse avait du mal à faire correctement son travail tellement que les conditions n’étaient pas réunies. Conséquence : une journaliste a failli perdre son sac dans la foule et d’autres ont préféré bouder pour ne pas se faire voler leurs téléphones. Un manque de considération de la part de la Fédération sénégalaise de football qui devait prendre toutes les bonnes mesures afin de mettre les journalistes dans les meilleures conditions de travail. Malheureusement, à cause de leur manque de professionnalisme, ils sont encore passés à côté.

Mauvaise qualité de son en conférence de presse

En conférence de presse, c’était un scandale, une vraie catastrophe. La qualité de son était très mauvaise. Difficile de savoir ce que les deux entraîneurs disaient sur le match. Encore une fois, une légèreté a été notée dans l’organisation de cette rencontre internationale diffusée pourtant en direct par des chaînes de télévision.

Pire, des supporters étaient même présents à la conférence de presse comme s’ils étaient des journalistes. Une situation incroyable que des journalistes ont aussi dénoncé vivement.

Amadou Diop « Boy Bandit » intimidé en tribune

Des anciens internationaux sénégalais ont été intimidés lors de cette rencontre. Devant entrer au stade sans payer le ticket comme cela a toujours été le cas, ils ont cette fois été obligés de payer le billet. C’est le cas de « Boy Bandit », ancien capitaine des Lions. Ce dernier a été humilié par un supporter parce qu’il était assis à sa place. De force, il s’est levé pour se trouver une autre place. Une situation qu’il n’a pas aimée puisqu’il l’a dénoncée. Effectivement, l’ancien Lion ne mérite pas d’être traité ainsi pusqu’il a défendu les couleurs du Sénégal. Pire, des gens qui n’ont rien fait pour le football sénégalais étaient bien installés à la loge présidentielle. D’ailleurs, beaucoup de journalistes ont déploré cela. Ils ont même soutenu « Boy Bandit » publiquement.

Séga Sakho, un autre ancien international sénégalais a confirmé cela affirmant avoir lui aussi acheté le billet pour suivre le match des Lions du Sénégal contre les Diables Rouges du Congo. Déplorable.