Ejection Diouf Sarr : Ismaïla Madior Fall revisite la culture de la démission

115
Ejection Diouf Sarr : Ismaïla Madior Fall revisite la culture de la démission


Ismaila Madior Fall, invité de l’émission J.D.D, ce dimanche sur i-radio, a été interpellé sur le limogeage de Diouf Sarr. Ce, suite au drame de Tivaouane, à l’hôpital Abdou Aziz Sy. L’ancien maire de Yoff a été remplacé par Dr Marie Khémesse Ngom Ndiaye.

A rappeler qu’ils étaient nombreux les Sénégalais à réclamer la démission de Diouf Sarr, suite à la série de drames dans nos hôpitaux. Celui qui a fait déborder le vase, la m**t, par incendie, de 11 bébés.

Culture politique…

Ismaila Madior Fall estime que la « démission » n’est pas de la culture politique ou de la culture du régime politique dans lequel on vit… « Il y a des systèmes politiques parlementaires. En Europe, c’est le cas, où le ministre, il a une responsabilité pleine et entière de son ministère. Quand vous prenez la Grande Bretagne, l’Espagne ou beaucoup de pays où il y a un régime parlementaire, c’est le Premier ministre, qui est là, c’est le premier de ces pairs. Mais, tous les ministres sont quasiment des vice-premiers ministres ou sont susceptibles d’ailleurs d’être Premiers ministres. Le président ou le roi n’a pas de pouvoir. Dans ce type de régime, généralement quand il y a un problème, le ministre doit l’assumer entièrement. Mais vous avez des régimes politiques qui fonctionnent selon la logique du régime présidentiel ou au fond les ministres ne sont que des assistants du président. C’est le cas du Sénégal« , a justifié l’ancien ministre de la Justice.

Opposition du Président…

Toutefois, il reconnait qu’ « exceptionnellement« , il existe des ministres qui ont démissionné. « Et puis vous voulez démissionner, le président vous dit non, vous ne démissionnez pas. Le président ne peut pas refuser votre démission, mais il peut ne pas l’accepter. Il y a une nuance. Il peut dire : ‘vous voulez démissionner, c’est votre droit que je ne respecte pas dans les conditions où ça ne m’arrange pas. Attendez pour des questions d’harmonie gouvernementale ou pour qu’il y ait des questions d’opportunité de la décision que ça soit moi qui décide du moment où vous allez partir’… »

« Le départ dépend du président…« 

Il poursuit : « Si vous le respectez et que vous êtes reconnaissant, vous allez attendre qu’il décide le moment où vous allez partir. Tout dépend de la culture politique, du régime politique. Quand vous avez un régime présidentiel où le président est l’incarnation de la totalité de l’Exécutif, qui est responsable de tous les secteurs, les ministres ne sont que ses assistants, le départ ne dépend plus du ministre. Le départ dépend du président. Souvent on dit : ‘non, on n’a pas une culture de la démission’. Bien évidemment, on n’a pas une culture de la démission parce qu’on n’a pas une culture de régime politique qui puisse nous conduire à la démission… Un changement de ce régime ne relève pas de la volonté d’un homme mais du déterminisme ou le résultat d’un processus historique« .