Dubaï : décès de Sindika Dokolo, l’époux d’Isabel dos Santos, «la femme la plus riche d’Afrique»

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo, époux d’Isabel dos Santos, fille de l’ex-président angolais, est mort dans un accident de plongée.

La nouvelle a secoué le continent africain ce vendredi. Sindika Dokolo, le mari congolais de « la femme la plus riche d’Afrique » selon le magazine Forbes, la milliardaire Isabel Dos Santos, fille de l’ancien président angolais, est décédé accidentellement à Dubaï, selon un communiqué publié par sa famille vendredi.

« La famille Dokolo, sa femme, ses enfants, sa mère, son frère et ses sœurs ont la plus profonde tristesse et une immense tristesse d’annoncer le décès de Sindika Dokolo, survenu le 29 octobre 2020 à Dubaï. Nous remercions tous ceux qui ont exprimé leur sympathie et leur gentillesse et qui partagent notre chagrin », peut-on lire sur le compte twitter du défunt.

L’homme d’affaires, collectionneur d’art africain et opposant congolais Sindika Dokolo, 48 ans, est mort d’un accident de plongée à Dubaï, d’après les messages de condoléances et les hommages qui lui ont été rendus en RDC.

Des messages de condoléances ont été envoyés dès jeudi soir sur le compte twitter d’Isabel Dos Santos, en commentaire d’une photo du couple posté jeudi à la mi-journée.

Élégant, d’allure juvénile, mi-dandy, mi-éternel étudiant, Sindika Dokolo était mariée depuis 2002 avec Isabel Dos Santos, l’ex-présidente de la société pétrolière publique Sonangol (juin 2016-novembre 2017) dans les dernières années du long règne de son père José Eduardo Dos Santos en Angola. Une fuite de 715 000 documents exploités par un consortium de 120 journaliste s a révélé que le couple avait accumulé frauduleusement une fortune de plus de deux milliards de dollars. Ce qu’il a toujours nié.

Collectionneur d’art et promoteur de la démocratie en RDC
Ce fils bien né a grandi en Belgique, puis en France, où il passe son bac au lycée Saint-Louis-de-Gonzague, fief de la haute bourgeoisie de l’ouest parisien. Collectionneur d’arts africains, M. Sindika Dokolo avait organisé en septembre 2019 une exposition intitulée « Incar-Nations » au palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Dokolo était aussi un activiste pro-démocratie dans son pays la RDC où il a lancé en août 2017 un mouvement pro-démocratie dénommé « Les Congolais debout », qui s’opposait l’ex-président congolais Joseph Kabila. Après un exil forcé, il est retourné en RDC en mars 2019, 45 jours après l’investiture de l’opposant Félix Tshisekedi, proclamé vainqueur de la présidentielle de décembre 2018.

Sindika Dokolo est le fils d’Augustin Dokolo Sanu, banquier congolais très influent pendant la dictature du maréchal Mobutu (1965-1997 dans l’ex-Zaïre), et de Hanne, une Danoise qui vit toujours à Kinshasa où elle est arrivée en 1966.

Début 2020, le couple a vu ses avoirs gelés en Angola par la justice qui les accuse d’enrichissement illicite, de blanchiment d’argent, après le départ du pouvoir de l’ex-président Dos Santos. Le couple pouvait occasionnellement avoir l’attention de la presse people comme il y a deux ans, où vêtus d’un smoking et d’une robe de gala, ils étaient venus présenter l’acquisition d’un magnifique diamant à Cannes pour le compte du joaillier suisse De Grisogono dont Sindika était devenu l’actionnaire principal.

leparisien.fr