Dr. Abdou Aziz Mbaye: «En démissionnant, Aliou Sall a ouvert … »

La démission d’Aliou Sall de la Caisse des dépôts et de Consignations (CDC) est reçue tel un couperet au niveau du palais. Le docteur Abdou Aziz Mbaye, ministre-conseiller personnel du président de la République Macky Sall, pense que cette décision est un signal fort selon lequel la justice sera faite dans cette affaire Pétro-Tim. 

« Le Président Macky Sall avait clairement dit que personne ne sera protégé, personne ne sera défendu, donc tout le monde est au même pied d’égalité devant la justice. La démission d’Aliou Sall vient prouver sa volonté d’être parmi les gens qui vont promouvoir la vérité au Sénégal. Il a ouvert la porte grande pour aller vers la vérité », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il « est d’une grandeur d’esprit dans la volonté d’aider les concitoyens à comprendre ce qui se passe dans le pétrole ».

Le conseiller personnel du chef de l’Etat invite, à ce titre, les détracteurs du maire de Guédiawaye à répondre devant la justice. «Ils devront venir avec des arguments, des preuves. Ces détracteurs du Sénégal, qui n’hésitent devant rien pour mentir devant l’opinion publique nationale et internationale, doivent eux-aussi répondre de leurs attitudes », ajoute-t-il.

A l’en croire, «on ne peut pas impunément salir la réputation d’un pays, d’un chef de l’Etat et sans preuves. Certains d’entre eux n’ont pas les mains propres, ni dans leurs familles, ni dans leurs affaires. Ils sont des gens connus pour être à la solde des dealers étrangers ».

«Traîtres»  

Et, pour l’ancien ministre de la Culture, « au lieu de travailler pour le bien-être du Sénégal, ils le font pour des compagnies étrangères pour spoiler la manne financière qui va découler de notre pétrole et notre gaz. Ce sont des traîtres».

Revenant part ailleurs sur le rapport de l’IGE de 2012, l’ancien directeur de cabinet du chef de l’Etat dit faire confiance à la justice.

« C’est une faute professionnelle de parler de quelque chose dont on ne connait pas les tenants et les aboutissants. Aujourd’hui, beaucoup parlent à tort et à travers. C’est pour cela que le président de la République a encouragé la justice à aller vers une enquête ouverte pour tout le monde », a-t-il dit.

Pour Mbaye, «c’est beaucoup mieux de le régler comme ça que de le faire passer dans les médias et les réseaux sociaux pour avancer ces types d’information ».