DIOURBEL : Thierno Ba écope de la perpétuité pour coups mortels

Gavel on desk. Isolated with good copy space. Dramatic lighting.

Âgé à peine de vingt-huit ans, Thierno Ba va devoir passer le reste de sa vie à la Maison d’arrêt et de correction. Il a été condamné à une peine de travaux forcés à perpétuité, ce lundi, par la Chambre criminelle du tribunal de grande instance de Diourbel.

Poursuivi pour tentative de vol de bétail en réunion commis la nuit avec violence, avec arme, et ayant entrainé la mort, coups et blessures avec une indisponibilité temporaire (Itt) de soixante jours, usage de véhicule, et détention illégale d’arme, Thierno Ba, berger de son état, domicilié à Touba, comparaissait devant la Cour aux côtés d’Ogo Ka (23 ans), son co-accusé, tandis que le troisième larron, Abo Ka, en fuite, a été jugé par contumace.

Dans cette affaire, les faits remontent au vendredi 04 février 2017. Ce fameux soir, les éléments de la brigade de gendarmerie sont informés d’une attaque à main armée dans un domicile situé dans cette même circonscription. Quand les hommes en bleu se rendent sur les lieux, ils n’ont pu que constater les dégâts. Serigne Dia et Mor Mbaye Dia venaient d’être sauvagement agressés par des individus qui tentaient de voler leur bétail.

Et lorsque les frères Dia sont transportés à l’hôpital de Ndamatou (Touba), le plus jeune, Serigne Dia, succombe à ses blessures quatre jours après. Et comme un crime n’est jamais parfait, Thierno Ba, dans sa fuite, laisse tomber sa machette et une sacoche dans laquelle il gardait son récépissé de dépôt de carte nationale d’identité délivré par la brigade de gendarmerie de Golf, à Dakar.

Et la piste remontée par les enquêteurs, aidés par les réquisitions de la Sonatel, permet d’appréhender Thierno Ba qui blesse grièvement un des gendarmes lors de son interpellation à Touba. Au cours de l’enquête, l’accusé fait des aveux circonstanciés non sans mouiller son principal complice, Ogo Ka.

Dans sa déposition, il indique que c’est ce dernier qui a planifié le coup. Mais devant la barre, ce lundi, il est revenu sur ses déclarations jurant n’avoir jamais vu de sa vie Ogo Ka, ni même avoir participé d’une quelconque manière à l’attaque perpétrée chez les Dia. Appelé à la barre, Mor Mbaye Dia a déroulé le film du drame. «Il y a trois semaines, ces mêmes individus sont venus voler dix-huit moutons chez moi.

Mais le soir des faits, ils sont revenus pour voler le reste du troupeau. Quand j’ai entendu du bruit tard dans la nuit, j’ai reçu un violent coup de machette sur la tête dès que j’ai mis un pied dehors. Et quand mon défunt frère, Serigne Dia a accouru pour me secourir, ils se sont acharnés sur lui. Il est décédé à l’hôpital quatre jours plus tard», raconte-t-il.

Quand arrive son tour de s’expliquer devant la Cour, Ogo Ka nie n’avoir jamais vu ni connu Thierno Ba, avant son placement sous mandat de dépôt. Et puisque ni Mor Mbaye Dia, ni aucun membre de cette même famille, ne l’a vu participer à l’attaque ayant abouti à la mort Serigne Dia, sa version convainc la Cour qui prononce la relaxe en sa faveur.

Moins chanceux qu’Ogo Ka, Thierno Ba contre qui le procureur a requis la prison à perpétuité, soulignant «l’existence de circonstances aggravantes, en plus du fait que la matérialité et l’imputabilité des faits reprochés à Thierno Ba ne font l’ombre d’aucun doute». Dans son délibéré, la Chambre criminelle a relaxé Ogo Ka et Abo Ka, après avoir reconnu Thierno Ba de toutes les charges qui lui sont reprochées.

En plus de la peine de prison de travaux forcés à perpétuité ; Thierno Ba a été condamné à payer deux millions de dommages et intérêts à Mor Mbaye Dia, et trois autres millions à la descendance de feu Serigne Dia.