Dialogue politiqueLe F24 rejette l’appel de Macky Sall et lance son plan de ‘’guerre’’

345
Single Post


Single Post
Dialogue politique : Le F24 rejette l’appel de Macky Sall et lance son plan de ‘’guerre’’
«Nous ne sommes pas concernés par ce dialogue», a déclaré, de manière péremptoire, Aliou Sané, vice-président du F24.

Face à la presse, ce mercredi 3 mai 2023, les animateurs de la nouvelle plateforme des forces vives de la nation ont rejeté sans détour l’appel au dialogue lancé par le président Macky Sall.

Selon eux, la priorité du F24 n’est pas de répondre à une quelconque concertation avec un pouvoir qui «bafoue les libertés individuelles et collectives», mais de lutter contre les velléités de troisième candidature du président Macky Sall.

Dans cette optique, le F24 a annoncé le lancement prochain de son plan d’action de lutte contre le troisième mandat. Ce sera au cours d’un rassemblement qui se tiendra le vendredi 12 mai 2023 à la place de la Nation, symbole du combat acharné mené par le M23 (dont Macky Sall était membre) contre la troisième candidature de Wade en 2011.

Ainsi, par des «actions pacifiques et légales», le F24 veut s’ériger en une «force dissuasive» contre les dérives du président Macky Sall et son régime.

«Durant le rassemblement du 12 mai et à partir de cette date, il s’agira, pour le F24, de se construire en une force dissuasive, rassemblant les citoyens autour de la vérité pour la préservation de la paix. Notre objectif est d’amener les Sénégalais à nous rejoindre de plus en plus nombreux, en ayant fini de comprendre que pendant 11 ans, Monsieur Macky Sall n’a cessé de faire des promesses sans les tenir, n’a cessé de chercher à nous manipuler, nous intimider, nous sanctionner injustement», a soutenu Mamadou Mbodj, coordonnateur du F24.

Les forces vivent ont saisi l’occasion pour appeler les Sénégalais à une mobilisation massive le 12 mai pour «amener le président Macky Sall à renoncer définitivement à cette troisième candidature illégitime et illégale, à libérer tous les détenus politiques et à créer les conditions d’une élection présidentielle libre, inclusive et transparente le 25 février 2024».