Deux nouveaux témoignages de jeunes femmes accusant Eric Zemmour d’agression sexuelle dévoilés

272

Le site Mediapart a révélé deux nouveaux témoignages de jeunes femmes accusant le polémiste Eric Zemmour d’agression sexuelle, relaye le Huffington Post.
En 2018, l’écrivain aurait conclu une conversation par SMS avec une attachée de presse par ces mots: “Alors j attendrai que vous m invitiez chez vous pour vous violer! (sic)”. Quelques jours plus tôt, lors d’une rencontre professionnelle avec cette dernière, Eric Zemmour aurait “subitement glissé une main pour la poser sur [sa] cuisse. […] Il me dit qu’il n’aime pas la séduction, que ça ne l’intéresse pas”, a raconté la jeune femme à Mediapart. Celle-ci a fait constater le message par un huissier de justice. Elle avait également rapporté les propos du polémiste à un membre de sa famille, qui les a confirmés au site d’investigation.
En 1999, Eric Zemmour aurait par ailleurs fait “des propositions très claires pour des relations intimes” à une “étoile montante” du Figaro, alors stagiaire. Après avoir rencontré M. Zemmour dans le cadre de la rédaction d’un mémoire deux ans plus tôt, celle-ci a accepté l’invitation de ce dernier à prendre un verre. Lors de ce rendez-vous, il aurait d’abord, là encore, mis la main sur sa cuisse. Puis, il aurait ensuite suivi la jeune femme jusque dans la rue, l’ascenseur du journal, et l’aurait enfin poussée contre la paroi et embrassée de force. Les proches de la victime présumée l’avaient alors dissuadé d’en parler.
L’intéressé, interrogé sur ces deux témoignages, n’a pas répondu aux demandes de Mediapart.
De précédents témoignages révélés il y a un moisEric Zemmour est dans la tourmente depuis la publication le 24 avril dernier sur Facebook d’un témoignage de Gaëlle Lenfant, conseillère municipale d’opposition à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) et ancienne responsable aux droits des femmes du Parti socialiste (PS).
L’élue y expliquait que la découverte d’un affichage dans sa commune en faveur d’une candidature d’Eric Zemmour à l’élection présidentielle lui a rappelé “cet instant de (sa) vie dégoûtant” lorsque ce dernier l’a embrassée “de force” lors d’une université d’été du PS à La Rochelle au début des années 2000.
Quelques jours après cette publication, la journaliste et autrice belge Aurore Van Opstal avait affirmé sur Twitter qu’Eric Zemmour lui avait “caressé la cuisse jusqu’à l’entrejambe” quelques minutes après leur rencontre dans un café parisien.
Baisers forcés du polémiste à une jeune journaliste en 2005, attitude “déplacée” en 2012 envers une stagiaire au Figaro, SMS équivoque en 2019 à une cheffe d’édition de CNews ou agression sexuelle d’une maquilleuse en loge: Médiapart avait ensuite rapporté, dans une enquête publiée le 29 avril, une série de témoignages incriminant M. Zemmour.