Descente aux enfers : Lat Diop, victime de sa mollesse face à Aliou Sall

Dualité tranchée

La bataille politique entre Lat Diop et le petit frère du chef de l’Etat, Aliou Sall, semble tourner finalement à l’avantage du dernier nommé. Cela, compte tenu des nombreux déboires que le maire de Guédiawaye a causés à l’ancien directeur de la Coopération et des financements extérieurs, aujourd’hui réduit à sa plus simple expression.

Fraternité utérine

Tout est parti de la veille des élections locales de 2014, lorsque Lat Diop a voulu s’opposer à la candidature de celui que tout le monde considère comme un « intrus » doublé d’un « opportuniste », ayant profité de sa fraternité utérine avec le président de la République pour forcer la fraternité militante des suffrages en sa faveur. Quoique candidat à la mairie de Guédiawaye à l’époque, le leader du Fep qui revendique toujours sa posture d’allié de l’Apr, avait dû remettre ses ambitions à plus tard, en même temps que le patron du Grand Parti, Malick Gakou qui a quitté un peu plus tard, l’Afp et Benno Bokk Yakaar.

Coup de Jarnac tropical

Il fallait donc attendre le second mandat du Président Macky Sall pour que Aliou Sall passe à la vitesse supérieure, avec la complicité de son grand frère et du ministre des Finances et du budget, Abdoulaye Daouda Diallo, qui ont mis des plombs dans les ailes de l’ancien directeur de la Coopération et des financements extérieurs. Son poste qui a été dépouillé de toute sa substance, avec des comptes bloqués et une signature retirée.

Décryptage

Face à un tel affront, nombreux sont les observateurs dont les analyses ont desservi Lat Diop qui, selon eux, a prêté le flanc pendant trop longtemps, face à Aliou Sall. Même si, par ailleurs, il dit tenir aux bons rapports de « fraternité » qui le lieraient avec le président de la République. Mais la logique politique, surtout dans une commune comme Guédiawaye, voudrait qu’il se positionne comme le redoutable challenger du maire, dans la perspective des prochaines Locales, quitte à quitter la mouvance présidentielle.