Des taux de plomb supérieurs à la normale dans les écoles entourant Notre-Dame ?

La mairie de Paris aurait passé sous silence une trop grande concentration de plomb dans les établissements proches de Notre-Dame, dénonce à nouveau Mediapart. La municipalité annonce un « nettoyage approfondi ».

Au début du mois de juillet, Mediapart alertait sur la présence autour de Notre-Dame de Paris de taux de plomb 400 à 700 fois supérieurs aux seuils autorisés. Des « résultats [qui n’appelaient] pas à ce stade de mesure de protection particulière », assurait alors l’Agence régionale de santé (ARS) Île-de-France. Trois mois après l’incendie qui a ravagé la cathédrale en avril dernier, le site d’information réitère ce mercredi 17 juillet : dans les crèches, maternelles et écoles qui entourent le sinistre, la concentration en plomb reste largement supérieure à la normale. La mairie de Paris est accusée de ne pas avoir « effectué de nettoyage en profondeur des lieux ».

Or lorsqu’il ingéré ou inhalé par des enfants, ce métal peut entraîner une intoxication, aussi appelée saturnisme. Cette contamination peut ainsi être la source de graves problèmes de santé, tels que des troubles du langage, de la motricité, du comportement (hyperactivité), des difficultés d’apprentissage, un ralentissement de la croissance, un retard de la puberté ou une encéphalite, comme l’indique le site de l’Assurance maladie.

Des classes contaminées

« Sur dix sites (à moins de 500 mètres de la cathédrale, ndlr), neuf ont des taux de concentration au plomb nécessitant une intervention rapide de décontamination », indique Mediapart. Des résultats obtenus après une série de prélèvements réalisés par la mairie de Paris le 13 mai. Dans l’école privée Sainte-Catherine, les taux s’élèveraient à « près de dix fois le seuil d’alerte de 70 μg/m2 ». Dans la maternelle de la rue Sommerard, « six classes sont contaminées », continue le site.

Or aucune fermeture ni alerte n’a été faite par la mairie, dénonce Mediapart. Les premiers résultats ont « été remis aux chefs d’établissement en leur signalant qu’il n’y avait aucun problème ». La municipalité aurait même communiqué dans le sens inverse : « [elle] nous a dit que les prélèvements n’avaient pas montré de concentration en plomb anormale », témoigne anonymement l’un des directeurs des centres concernés.

Un « nettoyage approfondi » des écoles

« Aucune alerte », martèle quant à elle la mairie de Paris. Elle a tout d’abord répondu que l’information donnée aux chefs d’établissement n’avait pas été « suffisamment précise » et qu’ « aucune campagne de grand nettoyage n’avait été décidée ». Mais ce jeudi 18 juillet, elle annonce finalement qu’elle va réaliser « un nettoyage approfondi » des écoles. Une mesure préventive « pour nous assurer que le risque est minime », explique Arnaud Gauthier, sous-directeur à la santé de la municipalité, interrogé par l’AFP et repris par le HuffPost.

La mairie affirme également que des rinçages avaient déjà mis en place lorsque les prélèvements ont été faits. Les vacances scolaires seront donc mises à profit pour réaliser un « nettoyage à haute pression des cours de récréation«  et « des mesures de contrôle avant la rentrée ». Aucune crèche ou école ne rouvrira s’il existe un risque, assure la municipalité.

À lire aussi :

  • Incendie de Notre-Dame de Paris : attention au plomb !
  • Des métaux lourds dans la terre du Parc Floral de Paris

Ne ratez aucun article de Topsante.com en recevant directement une alerte via Messenger