Des Sénégalais de provinces catalanes réclament un consulat de proximité

Des Sénégalais recensés auprès de municipalités de la Catalogne, dont Girona, Tarragona et Lérida, appellent de leurs vœux l’érection d’un ‘’consulat de proximité’’ pour faciliter le renouvellement de leurs documents administratifs, les déplacements à Madrid étant devenus ‘’très difficiles’’ depuis la survenue du Covid-19. ‘’Il y a certes un consul honoraire à Barcelone, mais qui ne délivre ni passeports, ni cartes nationales d’identité. Il délivre juste des autorisations parentales’’, a dit Chérif Baldé, leur porte-parole.  ‘’Pour nous, il est très urgent que notre gouvernement nous aide avec un consulat apte à nous confectionner nos passeports, nos cartes nationales d’identité et autres documents administratifs. C’est une urgence et un besoin réel pour nous permettre d’être en règle ici’’, a-t-il affirmé dans un entretien avec l’APS. Selon lui, 22.410 Sénégalais sont régulièrement enregistrés auprès des mairies de Barcelone, Girona, Tarragona et Lérida, sans compter nombre de leurs compatriotes non déclarés officiellement et qui, dans leur situation, ‘’ne peuvent naturellement pas bénéficier de certains avantages’’ dont l’assistance médicale. ‘’Des Sénégalais de ces provinces souffrent du même mal. Nous sommes confrontés à la même préoccupation. Par le passé, ce sont des autorités diplomatiques de notre pays, établies à Madrid, qui venaient nous renouveler nos passeports. Mais depuis l’arrivée du Covid-19, elles sont restées à Madrid et nous avons du mal à rejoindre la capitale avec les restrictions sanitaires’’, a dit Chérif Baldé. Il ajoute que pour renouveler leurs documents administratifs, il leur est demandé de prendre rendez-vous avec l’ambassade du Sénégal à Madrid par téléphone ou voie électronique (mail).  ‘’Il nous faut parfois plusieurs tentatives pour y arriver, sans compter que le déplacement vers la capitale est très compliqué en cette période de Covid-19, et il faut huit heures à l’aller et autant au retour. Nos heures d’absence ne sont pas payées et si nous devons nous déplacer en famille, c’est très coûteux’’, a expliqué l’émigré. Chérif Baldé signale qu’ils doivent également être autorisés par leurs employeurs à se rendre à Madrid pour renouveler leurs documents administratifs. ‘’A notre retour, nous devons nous munir d’une justification. Et si par malheur nous n’arrivons pas à être reçus et revenons sans un papier donnant la preuve de notre passage à l’ambassade, nous rentrons avec tous les risques de sanctions de la part de nos employeurs’’, a-t-il souligné. ‘’Nous n’allons pas nous taire jusqu’à compromettre notre séjour dans ce pays étranger. Nous interpellons nos autorités. Nous sommes en train de recenser tous nos compatriotes (…) concernés par cette situation’’, a-t-il déclaré. Aussi ces Sénégalais sollicitent-ils le président de la République pour l’érection d’un ‘’consulat de proximité’’ ou, à défaut, d’un bureau consulaire habilité à délivrer passeports, cartes nationales d’identité et documents administratifs, a indiqué Aïssatou Bobo Baldé, présidente de l’Union sénégalaise pour la solidarité et l’épanouissement citoyen. ‘’Nous avons besoin d’être entendus sur cette question’’, qui n’est pas la préoccupation d’un groupe, d’une association, d’une fédération, mais ‘’l’affaire de tous les Sénégalais vivant dans les provinces’’ catalanes, a-t-elle souligné. Des démarches ont déjà effectuées auprès de l’ambassade du Sénégal à Madrid, a-t-elle rappelé, invitant ses compatriotes vivant en Espagne à ‘’plus d’unité’’. ‘’Nous demandons humblement à nos autorités de nous aider en mettant en place un consulat de proximité, pour nous permettre d’être en règle dans ce pays étranger, surtout dans ce contexte de pandémie où toutes les portes sont bloquées’’, a ajouté Aïssatou Bobo Baldé.