Des rapports sexuels fréquents retardent l’âge de la ménopause

Selon une étude britannique, les femmes qui ont des rapports sexuels toutes les semaines ont une ménopause plus tardive que celles qui font l’amour une fois par mois.

Le nombre de follicules dont dispose une femme est établi in utero. Au moment où la femme atteint la puberté, elle en possède environ 400 000, et la ménopause se produira une fois que cette réserve ovarienne sera tombée en dessous de 1000. Mais un certain nombre de facteurs environnementaux et liés au mode de vie viennent interférer avec ce processus biologique. On sait par exemple que le tabagisme avance l’âge de la ménopause.
Sur le même sujet
Ménopause : à quel âge commence-t-elle ?
Ménopause : ça commence quand ?

Une nouvelle étude britannique, publiée par the Royal society, laisse entendre que la fréquence des rapports sexuels aurait également une influence sur l’âge de la ménopause. En cherchant à comprendre pourquoi les femmes mariées avaient une ménopause plus tardive, les chercheurs ont découvert qu’avoir des rapports sexuels hebdomadaires retardait la ménopause.

Pour cette étude, les chercheurs ont recruté 3000 femmes âgées de 42 à 52 ans et les ont suivies pendant 10 ans. Pendant ces années, elles remplissaient régulièrement des questionnaires sur leur activité sexuelle. « Nous avons observé que les femmes qui déclaraient avoir eu des relations sexuelles hebdomadaires au cours de la période d’étude étaient 28 % moins susceptibles de souffrir de ménopause que les femmes ayant eu des relations sexuelles moins d’une fois par mois » soulignent les chercheurs.

A lire aussi :

Retarder la ménopause de 20 ans, c'est possible
Comment reconnaître la préménopause
Ménopause : comment bien vivre son arrivée ?

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes