Dépression : 9 symptômes à ne pas ignorer

[DIAPORAMA] La dépression est une maladie qui se soigne bien lorsqu’elle est prise en charge précocement. A l’occasion de la Journée européenne de la dépression, on rappelle les différents symptômes qui doivent faire penser à une dépression et conduire chez le médecin.

Contrairement à une idée répandue, la dépression, ce n’est pas qu’un simple « coup de mou » : il s’agit d’une véritable maladie qui correspond à un déséquilibre des neurotransmetteurs, ces substances chimiques qui transmettent les informations dans le cerveau. La dépression (que l’on appelle aussi « épisode dépressif caractérisé » en langage médical) n’est pas, non plus, une maladie rare : l’Inserm estime ainsi qu’1 Français sur 5 environ en souffre ou en souffrira au cours de sa vie.
Sur le même sujet
Le Spravato
Dépression sévère : l’eskétamine enfin prescrite en France

Toutes les catégories de la population peuvent être atteintes par la dépression : enfants, adolescents, femmes enceintes, seniors… Il existe toutefois certains facteurs de risque : ainsi, un événement traumatique (rupture, licenciement, deuil…) peut favoriser le développement de cette pathologie. Il existe également une vulnérabilité génétique.
Comment faire la différence entre une déprime et une dépression ?

La dépression est une maladie qui se caractérise par des symptômes spécifiques : le plus important d’entre eux est un sentiment de tristesse constant pendant au moins 2 semaines. A contrario, une personne « simplement » déprimée sera en mesure de ressentir d’autres émotions : elle pourra, par exemple, avoir des moments de gaieté avec ses proches, sourire de façon sincère, voir le positif autour d’elle.

Bonne nouvelle : la dépression est une maladie que l’on peut traiter, à la fois avec des médicaments (antidépresseurs) et avec une psychothérapie (par exemple : une thérapie cognitive et comportementale). Selon l’Inserm, les traitements contre la dépression sont efficaces dans environ 70 % des cas. Il est toutefois indispensable de consulter au plus tôt : en effet, plus la maladie est prise en charge précocement (par un médecin psychiatre ou généraliste), moins le traitement est long et moins le risque de rechute est important.
A qui peut-on s’adresser ?

Le médecin généraliste : c'est le premier interlocuteur, car il existe une relation de confiance avec le médecin traitant. Celui-ci peut traiter les premiers épisodes dépressifs sans gravité et sait vers qui orienter le patient lorsque c'est nécessaire.
Le psychiatre : c'est un médecin spécialisé dans les maladies mentales, dont la dépression. Il prescrit les anti dépresseurs et peut mener une psychothérapie.
Le psychologue : il n'est pas médecin et ne délivre donc pas de médicaments. Son rôle est d'offrir une écoute empathique, de conseiller, mais aussi de conduire des psychothérapies, les thérapies comportementales et cognitives… En cas de dépression, on peut se tourner vers un psychologue clinicien, formé aux pathologies mentales.
Le psychanalyste : il conduit une psychanalyse selon une approche développée par Freud. Cette thérapie cherche à faire réémerger des causes lointaines et devenues inconscientes, qui seraient à l'origine d'une souffrance psychique. Il s'agit d'une démarche de longue haleine qui ne peut pas être entreprise au cours de l'épisode dépressif.

Sources : Inserm et Haute Autorité de Santé (HAS)

À lire aussi :

Comment différencier une déprime d'une dépression ? Les conseils des experts
Contre la dépression sévère, la stimulation cérébrale électrique serait efficace
Dépression : non ce n'est pas "juste un coup de mou"
Les champignons hallucinogènes, "magiques" pour la dépression

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes