« Nous avons une agriculture saisonnière, à forte dépendance de la saison des pluies. Mais c’est une réalité dont nous devrions nous départir rapidement si nous ne souhaitons pas être surpris, dans un proche avenir, par les effets d’une autre réalité, le changement climatique », a fait savoir l’astronome, Marame Kairé, dans un entretien paru à l’Observateur. Selon l’Apix « l’agriculture sénégalaise, ce sont principalement 98% de terres cultivables sous pluie, induisant une activité agricole fortement exposée aux aléas climatiques ». Une situation jugée anormale par Marame Kairé qui estime que « nous devons développer et renforcer l’agriculture intelligente, qui permet d’augmenter jusqu’à trois fois la productivité ». Pour ce faire, poursuit-il, cela doit s’accompagner d’un soutien considérable au secteur de la recherche pour disposer de semences améliorées, résistantes à la sécheresse, mais également d’une bonne diffusion de l’information agro-météorologique et de la maitrise des technologies permettant une irrigation plus efficace.