Décès d’Elizabeth IIqui est Charles, le nouveau roi d’Angleterre ?

136
Single Post


Single Post
Décès d’Elizabeth II : qui est Charles, le nouveau roi d’Angleterre ?
À 73 ans, Charles, jusqu’alors prince de Galles, est devenu le nouveau roi d’Angleterre, alors que sa mère, la reine Elizabeth II, qui a régné pendant sept décennies sur le trône britannique s’est éteinte ce jeudi 8 septembre. Portrait du nouveau souverain du Royaume-Uni et du Commonwealth.

Il détient le record historique de longévité du titre d’héritier du Royaume-Uni. Après avoir attendu 69 ans, 9 mois et 10 jours (voir vrai chiffre sur Wikipedia), Charles de Galles est devenu roi, alors que sa mère, Elizabeth II, s’est éteinte après avoir régné sept décennies sur le Royaume-Uni et le Commonwealth.

Prince de Galles depuis 1958

Le nouveau roi d’Angleterre, né Charles Philip Arthur George Windsor, a vu le jour le 14 novembre 1948 dans le palais de Buckingham, à Londres. Il est devenu héritier direct au trône britannique à 3 ans et demi, le jour où son grand-père, George VI est décédé, et où sa mère est devenue reine : le 6 février 1952. Aîné d’une fratrie de quatre enfants, Charles, jeune garçon timide et sensible, reçoit le titre de Prince de Galles en 1958, alors qu’il a neuf ans.

Durant son adolescence, il est envoyé à Gordonstoun, un internat pour garçons situé en Écosse, où son père, le prince Philip, avait étudié dans les années 1930. Charles déteste cette période, et la qualifie plus tard « d’enfer absolu ».

En 1970, le jeune prince devient le premier membre de la famille royale britannique à obtenir un diplôme, à l’université de Cambridge, où il étudie l’archéologie et l’anthropologie.

Entre 1971 et 1976 il rejoint, comme bon nombre de membres de la famille royale avant lui, l’armée britannique : il sert dans la marine. C’est pendant qu’il est en mission dans les Caraïbes que Camilla Shand, son amour de jeunesse, épouse Andrew Parker Bowles.

Lorsqu’il quitte l’armée, il reçoit 7 500 livres d’indemnités (soit environ 40 000 euros actuel). Il crée The Prince’s Trust, une organisation de charité qui avait annoncé, en 2016, à l’occasion de son 40e anniversaire, avoir accompagné plus de 825 000 jeunes en difficultés.

Diana et Camilla

En 1981, sous la pression de sa famille, qui espère qu’il se trouve une femme, il demande en mariage Diana Spencer, issue de l’aristocratie britannique, âgée de 19 ans, alors qu’il en a 33 et qu’ils ne se fréquentent que depuis peu de temps. Le compte de fée atteint son apogée lors de leur mariage, le 29 juillet 1981, suivi en direct par plus de 700 millions de personnes à travers le monde… mais Charles n’a pas vraiment oublié Camilla, son amour de jeunesse. La rumeur veut qu’il ait même passé la nuit précédant son mariage avec elle.

Charles et Diana, que les Anglais adorent, ont deux enfants : William, né en 1982 et désormais 2e dans l’ordre de succession au trône britannique, et Harry, né en 1984 et actuel 5e dans l’ordre de succession. Rapidement, le mariage périclite. Après une année 1992 marquée par les divorces du prince Andrew et de la princesse Anne, le frère et la sœur de Charles, l’héritier au trône annonce, à son tour, sa séparation, précipité par les révélations chocs de Diana dans le livre, Diana, Her True Story, d’Andrew Morton. Lady Di y dit tout des infidélités de Charles, de ses pensées suicidaires et de sa place au s**n de l’institution. Scandale.

Le couple se sépare officiellement en 1992 et signe les papiers du divorce en 1996, alors que Charles entretient une liaison avec Camilla Parker Bowles.

Le 31 août 1997, Diana meurt dans un accident de voiture avec son compagnon Dodi Al-Fayed, sous le pont de l’Alma à Paris. Charles fait rapatrier son corps et insiste pour qu’elle obtienne tous les honneurs royaux lors de ses funérailles nationales, qui ont rassemblé plus de trois millions de personnes.

Charles retrouve ensuite officiellement son amour de jeunesse. Malgré l’hostilité de l’opinion publique, l’héritier au trône impose peu à peu la présence de Camilla à ses côtés. Sans assister à la cérémonie civile car ils sont tous les deux divorcés, la reine Elizabeth II consent au remariage de Charles et Camilla le 9 avril 2005, après 34 ans de relations compliquées. Elle devient alors Camilla, duchesse de Cornouailles.

Liberté de ton

En 2013, Charles devient grand-père pour la première fois : son fils, William, et sa femme, Catherine, ont leur premier enfant : le prince George, qui vient de prendre la 2e place dans l’ordre de succession au trône britannique. Suivent ensuite les naissances de la princesse Charlotte (2015), et du prince Louis (2018). Son autre fils, Harry, marié à Meghan Markle, sont aussi les parents de deux enfants, Archie, né en 2019 et Lilibet, née en 2021.

Une grande partie de sa vie, Charles a profité de son statut d’éternel prince héritier pour défendre les causes qui lui tiennent à coeur, dont l’environnement, sujet particulièrement important pour lui, sans avoir besoin de tenir l’habituelle réserve demandée aux souverains britanniques en exercice. Sa liberté de ton, il sait qu’il va désormais devoir la mettre de côté. En 2018, il a déclaré dans une interview à la BBC : « Ce n’est pas la même chose d’être prince de Galles que d’être souverain », a-t-il déclaré. « Et l’idée que je puisse continuer à agir de la même façon, si je dois succéder (à la reine), est complètement absurde parce que les deux situations sont complètement différentes », a-t-il ajouté. « Je ne suis pas stupide. »

Outre l’environnement, l’architecture ou l’agriculture, ses thèmes préférés, il a pu aussi défrayer la chronique en s’aventurant sur le terrain politique, à l’inverse de sa mère, qui évite soigneusement toute polémique. En mai 2014, il avait notamment comparé Vladimir Poutine à Adolf Hitler, amenant la Russie à demander des explications officielles. De même, son soutien affiché au dalaï-lama passe mal auprès des autorités chinoises.

Charles devra aussi faire face à un nouveau défi, cette fois familial. Il devient roi, mais il devient aussi patriarche des Windsor… et devra, de ce fait, gérer les problèmes qui pourraient entacher la réputation de la famille royale, parmi lesquels les accusations de v**l à l’encontre de son frère, Andrew. Le nouveau roi aura aussi à gérer la nouvelle vie de son fils et de sa belle-fille, Harry et Meghan, qui ont quitté l’institution pour aller vivre aux États-Unis et échapper à la pression médiatique, craignant que l’histoire de Lady Di ne se répète sur Meghan Markle. Pour se libérer, les Sussex se livrent, quoi qu’il en coûte, et qu’importe les conséquences sur le reste de la famille.