Crise scolaire : Les enseignants (Cusems et Sames) demandent la démission de Abdoulaye Daouda Diallo

91
Crise scolaire : Le Bac, le Bfem et… menacés de boycott


L’école sénégalaise revit ses vieux démons avec des perturbations entre des grèves et des débrayages. Le Cadre Unitaire des Syndicats du Moyen Secondaire (Cusems) et le Syndicats Autonome des Enseignants du Moyen Secondaire (Saems) versent leur colère sur Abdoulaye Daouda Diallo, estimant qu’il a trahi la confiance des enseignants. Ces derniers, en conférence de presse, ce mercredi, demandent la démission du ministre des Finances et du Budget.

Ire noire

« Il faudrait que le ministre des finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, comprenne que nous savons qu’il va tenir une conférence de presse pour s’adonner à son jeu favori. C’est le jeu du dénigrement, de la désinformation. Il est dans la manipulation« , a déclaré El Hadji Malick Youm.

Le secrétaire général du Saems invite Abdoulaye Daouda Diallo à jeter l’éponge. « Nous ne pouvons plus l’avoir en face de nous comme interlocuteur. Nous demandons à ce qu’il présente sa démission. C’est un ministre qui ne peut plus représenter dignement la République. D’autant plus que les accords auxquels il souscrit ne sont jamais respecter. Nous pensons de ce point de vue, il ne peut plus être un interlocuteur valable en face des syndicats aussi responsable que le Saems et le Cusems« , a-t-il dit, devant la presse.

Banni…

Les enseignants n’excluent pas de porter cette affaire au niveau des juridictions. « Le gouvernement doit respecter ses engagements, s’il veut vraiment l’école Sénégalaise. Nous allons continuer le combat. Nous allons porter plainte devant le BIT et au niveau de l’OIT. Parce que le gouvernement n’a pas respecté le protocole d’accord. Et, nous savons tous qu’un protocole d’accord a une valeur juridique« , a fait savoir El Hadji Malick Youm.

Les précisions

Pour sa part, le secrétaire général du Cusems interpelle aussi le ministre des Finances et du Budget.  « Le gouvernement du Sénégal a une fois de plus v**lé sans scrupule les termes de l’accord du 26 février 2022. Il faut que Abdoulaye Daouda Diallo ait le courage de dire la vérité aux Sénégalais. Qu’il ne cherche pas à créer la confusion. Ce n’est pas un problème d’impôts. Nous avons toujours payé de l’Impôt. Et les enseignants ne peuvent pas se soustraire au paiement des impôts. C’est des accords et ces accords doivent être respectés. Que vaut aujourd’hui la signature et la parole d’un gouvernement. Ce qui se passe aujourd’hui est grave« , a fait savoir l’enseignant.