Crise à l’Asbef : La présidente et la directrice exécutive …

Les membres de l’Association sénégalaise pour le bien-être familial (Asbef) ne parlent plus le même langage. Regroupés au sein d’un collectif, ils dénoncent l’élection de la présidente nationale de ladite structure qu’ils jugent «frauduleuse». «L’Asbef espérait, avec le recrutement de Myriam Makéba Mingou, intervenu en janvier 2018, retrouver un nouvel élan. Mais, avec ces fraudes orchestrées au plus haut niveau pour une appropriation de l’association par Mingou et Adjaratou Khady Ndaw Sy, la survie de l’association est en péril», ont-ils déclaré, en attendant leur face-face avec la presse, cet après-midi, au siège du réseau Siggil Jiggen.

«La présidente ne remplit pas la condition d’éligibilité»

En fait, les acteurs accusent Myriam Makéba Mingou de bafouer les statuts et règlements de l’Asbef et de plonger l’association dans une grave crise institutionnelle. «Le 23 mars 2019, la directrice générale de Sunu Assurances, Adjaratou Sy, grâce à des pratiques frauduleuses, est élue présidente nationale de l’Asbef, en violation flagrante des statuts, avec la complicité de Mingou, alors Directrice exécutive», insistent-ils.

Avant d’expliquer : «En effet, la présidente n’a été inscrite que récemment comme volontaire de l’Asbef. Or, l’une des dispositions relatives aux critères d’éligibilité au Comité exécutif national, l’instance de gouvernance suprême de l’Asbef, stipule que le/la candidat (e) doit ‘’voir participé à la vie de l’association pendant au moins deux ans et… avoir fait la preuve de sa disponibilité par sa régularité aux réunions et autres obligations’’.

La dame ne remplit pas cette condition et n’était pas présente à l’Assemblée générale.» Ainsi, une plainte a été introduite auprès de la Fédération internationale pour le planning familial (Ippf) à Nairobi dont l’Asbef. Ceci, pour «enquêter sur les allégations de fraudes lors des élections de la présidente nationale, du 30 avril au 10 mai 2019».

Une manne de près 10 millions de F Cfa introuvable.

La directrice exécutive indexée Il ressort des investigations qu’hormis les fraudes constatées pour tenter de légitimer la candidature d’Adjaratou Khady Ndaw Sy, il a été constaté le paiement de sommes indues perçues par Mingou, le fractionnement des paiements, le non-respect des procédures d’achat et une violation flagrante des procédures financières. Et le préjudice, pour l’Asbef, se chiffre à près de 10 millions de F Cfa.

Raison pour laquelle, indique le collectif, le 15 mai 2019, comme mesure de sauvegarde et sur recommandation de l’Ippf, la directrice exécutive est suspendue provisoirement de ses fonctions. «Cependant, cette dernière refuse de quitter l’Asbef, se barricadant derrière une société de gardiennage qui interdit l’accès aux locaux à une partie du personnel, en particulier celui attaché à l’administration et aux finances», informe-t-il.

L’Asbef est une organisation non gouvernementale (Ong) créée en 1975 par des volontaires (bénévoles) désirant lutter contre la mortalité maternelle et infantile. «Elle est devenue membre associée de l’Ippf affilée à la région Afrique en 1981, puis membre à part entière en 1992. L’Ippf est la principale pourvoyeuse de fonds de l’association et grâce à une subvention annuelle, elle assure les salaires de près d’une centaine d’emplois qui se trouvent aujourd’hui menacés», a conclu le collectif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici