Création de la Société des mines du Sénégal : L’Assemblée Nationale valide le projet

Les députés ont voté hier mardi, à l’unanimité le projet de loi n° 39/2020, portant création d’une société nationale dénommée Société des mines du Sénégal (Somisen). Laquelle sera ouverte à l’actionnariat, mais l’Etat aura la mission de vendre les différents permis d’exploitation.

Gestion du patrimoine minier pour le compte du Sénégal

Désormais la Société des mines du Sénégal (Somisen Sa) sera chargée de la gestion du patrimoine minier de l’État. L’Assemblée nationale a adopté, hier, le projet de loi n° 39/2020 portant sa création. Le ministre des Mines et de la Géologie, Aïssatou Sophie Gladima, a précisé que le contexte justifie aisément l’opportunité et la pertinence de créer cette société anonyme en vue de renforcer substantiellement la position stratégique de l’État et sa présence dans la gestion des sociétés minières. D’après Mme Gladima, la Somisen Sa, dont le capital sera entièrement souscrit par l’État ou d’autres personnes morales de droit public aura en charge la gestion du patrimoine minier pour le compte du Sénégal.

Les éclairages du ministre

En plénière, les députés ont interpellé le ministre sur l’avenir de la Société des mines de fer du Sénégal Oriental (Miferso) avec la création de la Somisen Sa. Moustapha Guirassy a demandé de définir clairement les liens entre la Miferso, la Société de développement des mines (Sodemin) et la nouvelle entité. En réponse, le ministre des Mines et de la Géologie a martelé qu’il ne faut pas confondre les missions des trois structures, car Sodemin est une société privée et la Miferso gère le fer « que nous avons en abondance et de bonne qualité au Sénégal ». « Ces trois sociétés n’ont rien à voir. Sodemin est une société privée. Le rôle de la Somisen Sa, c’est de permettre à l’État d’avoir des revenus dans le secteur. Il n’y a pas que l’or dans le secteur des mines. On a d’autres indices de minéraux et il faut poursuivre les recherches. Nous avons du lithium qui est très bien utilisé dans le domaine de l’électronique. Il faut cette société pour bénéficier de ces exploitations », a soutenu Aïssatou Sophie Gladima.