Crd sur l’acte 3 de la décentralisation à Thiès : les élus locaux évaluent le PNDL et …

Oumar Guèye a présidé hier, un comité régional de développement ( crd) spécial portant sur l’évaluation de l’Acte trois de la décentralisation. Le ministre des collectivités territoriales, du développement local et de l’aménagement du territoire a précisé que cette évaluation permettra d’expliciter la mise en oeuvre de cette réforme sous ses différentes formes dans la région de Thiès. Au cours de cette séance, les maires ont listé beaucoup de points qui freinent l’évolution des communes surtout les anciennes communautés rurales érigées en commune par l’Acte 3. Parmi ces points, nous retenons simplement le problème de l’état-civil , la délimitation et les incohérences territoriales des nouvelles communes, la problématique de la fonction publique locale, la formation des élus locaux, entre autres. Pour la question de l’état civil, le ministre a proposé aux élus locaux la numérisation avec le système biométrique. Il a donné l’exemple du Cap Vert qui a réussi ce projet. Oumar Guèye a également salué les initiatives qui ont été prises par certaines collectivités locales au niveau de la région pour faire la promotion du marketing territorial. Ainsi, la Zone Économique Spéciale ( ZES) de Sandiara est une parfaite illustration. Selon lui, pour attirer les investissements, les maires doivent comprendre leurs missions. Ce marketing territorial est un fondement à la base dans la « territorialisation » des politiques publiques. Il permet de booster les ressources économiques de la commune. Le Programme national de développement local sera renforcé car c’est un cri de cœur des élus locaux sur toute l’étendue du territoire national. Nous sommes à notre 13 ème crd et partout où nous sommes, les collectivités territoriales disent que le PNDL est un instrument important, a t-il poursuivi. Les fonds de dotation et fonds d’équipement des collectivités territoriales augmentent considérablement. Le ministre a noté une croissance rapide sur ces fonds. Pour lui, en 2012 les fonds de dotation s’élevaient à 16 milliards de francs CFA, aujourd’hui nous arrivons à 29 milliards de francs CFA et pour les fonds d’équipement des collectivités territoriales en 2012, nous avions 12, 5 milliards de francs CFA. En 2019, nous sommes arrivés à 26 milliards de francs CFA. Par ailleurs, Abdoul Aziz Diop , coordonnateur adjoint du Forum Civil et participant au crd a interpellé le ministre sur la place des futures collectivités territoriales. C’est pourquoi, il insiste sur le principe de l’instauration de la notion de révocation dans les collectivités locales, notamment celles de Thiès et la déclaration de patrimoine de politique locale qui définissent la vision, l’ambition et la stratégie des maires. Selon lui, beaucoup de maires n’ont pas d’ambition pour faire émerger leurs collectivités locales.
Le ministre envisage de trouver des solutions par rapport aux différentes interprétations et compte poursuivre la deuxième phase de l’Acte 3 de la décentralisation à Thiès et dans toutes les régions du Sénégal.