Covid-19 : les tests antigéniques et oro-pharyngés bientôt disponibles

Les tests dits « antigéniques », qui permettent d’obtenir un résultat en moins de 30 minutes et les tests oro-pharyngés qui s’effectuent en crachant dans un tube, viennent d’être validés par la Haute autorité de Santé. En quoi consistent-ils ? Quelle est leur fiabilité ? Qui peut en bénéficier ? Où ? Nos réponses.

Alors que les demandes de tests PCR ne cessent d’augmenter, les autorités de santé comptent s’appuyer sur différentes alternatives à ces tests de référence. « L’enjeu est de désengorger les laboratoires, actuellement saturés », a résumé Dominique Le Guludec, Présidente du Collège de la Haute Autorité de Santé (HAS) à l’occasion d’une conférence de presse ce 25 septembre.
Sur le même sujet
Dépistage du coronavirus : test PCR virologique, test sérologique
Test Covid-19 PCR : où télécharger le formulaire ? qui est prioritaire ?

La première voie, c’est de compléter l’offre de dépistage avec d’autres modalités de prélèvements : les tests salivaires chez les patients symptomatiques, les tests oro-pharyngés (l’analyse se fait sur un crachat) chez les patients asymptomatiques.

La deuxième voie, c’est d’améliorer les techniques de prélèvement : c’est là qu’entrent en jeu les tests antigéniques. Le médecin pourra le faire directement, sans passer par une analyse dans un laboratoire (on parle de TROD), ce qui devrait fluidifier l’accès au dépistage.

« Il n’y a pas de solution miracle, mais on avance avec ces nouvelles modalités de dépistage, chaque amélioration fait baisser la pression », souligne encore Dominique Le Guludec.
Test antigén***e : quelle différence avec le test PCR classique ?

Comme les tests PCR de référence, ces nouveaux tests plus rapides s’effectuent donc via un prélèvement dans le nez avec un écouvillon. La différence, c’est qu’ils sont beaucoup plus rapides et permettent de lire les résultats, comme pour un test de grossesse, en moins de 30 minutes.

Alors que les tests PCR recherchent l’ARN du virus, les tests antigéniques recherchent, comme leur nom l’indique, l’antigène présent à la surface du virus.

Les particules récupérées au fond du nez sont mélangées avec un réactif déposé sur une bandelette. Le changement de couleur permet de déterminer rapidement si la personne est atteinte du Covid ou non. La lecture du résultat est donc plus rapide.
Test antigén***e : quelle fiabilité ?

Ils sont un peu moins sensibles que les tests PCR de référence. Pour autant, la HAS est favorable à leur utilisation au regard de la rapidité d’obtention des résultats pour limiter la progression du virus. Par ailleurs, la spécificité est élevée (99%) c’est à dire que « si le test est positif, sa fiabilité est de 99% », précise le Dr Cédric Carbonneil, chef du service d’évaluation des actes professionnels de la HAS.

Rappelons néanmoins que les tests (y compris PCR classique) doivent être effectués à 7 jours afin que la charge virale soit suffisante.
Qui peut faire un test antigén***e ? Où ?

Ce test antigén***e, peut être réalisé hors laboratoire, en pharmacie ou chez le médecin notamment.

Ils sont dédiés aux personnes symptomatiques, précise la HAS. Néanmoins, reste à savoir si une confirmation par test PCR sera nécessaire. Si le test est effectué en laboratoire, aucune confirmation ne sera nécessaire. En revanche, le ministère de la Santé doit encore se prononcer dans le cas où il serait fait hors laboratoire.

Les cas contact (sans symptômes) ne peuvent pas faire de test antigén***e. La HAS ne dispose pas de suffisamment de données pour se prononcer favorablement.
Tests oro-phrayngés : pour qui ?

Les tests PCR pourront désormais être réalisés après un prélèvement dans la gorge, et non plus uniquement dans le nez, pour les personnes sans symptôme. L’intérêt est de pouvoir proposer une alternative aux personnes qui seraient réticentes au prélèvement dans le nez, mais qui ne seraient pas contraints par un réflexe vomitif.
Quand les tests antigéniques et oro-pharyngés seront-ils disponibles ?

La HAS étant favorable, les tests oro-pharyngés devraient être remboursés rapidement, dès que l’Assurance maladie donnera son feu vert.

En revanche, les tests antigéniques doivent encore obtenir le marquage CE et êtres validés par l’Agence du médicament (ANSM).

A lire aussi :

Coronavirus : qu'est-ce qu'un cas contact ?
Coronavirus et transmission : comment se protéger ?
Coronavirus : la carte de vigilance, département par département

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes