Covid-19 : le vaccin AstraZeneca est-il (vraiment) moins bon que les autres ?

Autorisé en Europe depuis peu, le vaccin suédo-britannique AstraZeneca contre le Covid-19 fait déjà polémique : en France, la Haute Autorité de Santé (HAS) ne le recommande pas après 64 ans. Les explications du Dr. Pascolo, immunologiste.

Ce vendredi 30 janvier 2021, l’Union Européenne a officiellement approuvé la distribution du vaccin suédo-britannique AstraZeneca/Oxford, juste après le feu vert de l’Agence européenne des médicaments (EMA). Ce vaccin contre le Covid-19 est toutefois au cœur d’une controverse.
Sur le même sujet
Vaccin Covid-19 : 6 idées reçues (complètement fausses) à oublier
Vaccin Covid-19 : 6 idées reçues (complètement fausses) à oublier
AstraZeneca : un vaccin à adénovirus recombinant

Première chose à savoir : contrairement aux vaccins Pfizer/BioNtech et Moderna (qui sont des vaccins à ARN messager), le vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 est un vaccin à adénovirus recombinant.

Qu’est-ce que ça signifie ? « Pour composer ce vaccin recombinant, un virus de singe (un adénovirus) a été modifié génétiquement pour y intégrer une petite partie du virus contre lequel on souhaite développer une immunité » explique le Dr. Steve Pascolo, immunologiste à l’Université de Zurich.

En l’occurrence, dans le cadre du vaccin AstraZeneca/Oxford, il a été ajouté au virus de singe (préalablement atténué) la célèbre protéine S qui permet au coronavirus Sars-Cov-2 de p********r dans nos cellules – à la manière d’une clé. C’est cette fameuse « clé » qui, après la vaccination, sert de « marqueur de reconnaissance » pour le système immunitaire : il produit alors des anticorps spécifiquement dirigés contre le Sars-Cov-2.
Vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 : est-il aussi efficace que les autres ?

Selon le Dr. Steve Pascolo, le vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 pourrait s’avérer moins efficace que les vaccins à ARN messager (Pfizer/BioNtech, Moderna et peut-être CureVac d’ici quelques semaines).

Pourquoi ? On l’a dit : « les vaccins recombinants se composent de deux éléments : un virus de singe atténué (adénovirus) et un « morceau » du virus contre lequel on souhaite se protéger, rappelle le Dr. Pascolo. Le système immunitaire, lui, voit arriver deux « menaces » : il commence donc à bâtir des défenses contre le virus-cible (ici, Sars-Cov-2) mais aussi… contre l’adénovirus de singe ! »

En clair : l’attention du système de défense de l’organisme est divisée en deux, « ce qui peut potentiellement se traduire par une immunité incomplète ». Donc par une efficacité moindre.

Vaccin AstraZeneca : il est efficace à environ 60 %. Bien sûr, il faut relativiser. Si les vaccins à ARN messager affichent une efficacité supérieure à 90 %, le vaccin suédo-britannique AstraZeneca atteint « quand même » les 60 % d’efficacité selon le rapport de l’Agence européenne des médicaments (EMA). C’est l’efficacité moyenne de notre vaccin contre la grippe !
Vaccin AstraZeneca : quelle efficacité chez les personnes de 65 ans et plus ?

C’est « la » question qu’on se pose en ce moment : le vaccin AstraZeneca/Oxford fonctionne-t-il chez les adultes de plus de 65 ans ?

La controverse est née en Allemagne : ce jeudi 28 janvier 2021, la commission de vaccination allemande (STIKO) a ainsi limité les indications du vaccin britannique aux adultes âgés de 18 à 64 ans car « les données disponibles actuellement sont insuffisantes pour évaluer l’efficacité des vaccins au-delà de 65 ans ». Ce 2 février 2021, la Haute Autorité de Santé a suivi l’exemple allemand : le vaccin AstraZeneca n’est recommandé qu’avant l’âge de 65 ans.

De son côté, le laboratoire AstraZeneca se défend : « les dernières analyses (…) appuient l’hypothèse d’une efficacité du vaccin dans le groupe des plus de 65 ans » a affirmé le porte-parole du groupe, fin janvier 2021.
Vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 : est-il sûr ?

La réponse du Dr. Steve Pascolo, immunologiste : « en 1998, j’ai commencé à développer les vaccins à ARN messager dans un objectif de sécurité. L’ARN messager est un vecteur minimal qui ne code qu’une seule protéine. En outre, il est rapidement dégradé et ne laisse aucune trace dans l’organisme. A contrario, les adénovirus sont des vecteurs à ADN : cet ADN génétiquement modifié (associant des éléments qui, dans la Nature, ne se seraient jamais rencontrés) p*******e dans les noyaux des cellules. Il y a donc un risque potentiel d’intégration dans notre génome, qui n’existe pas dans le cadre des vaccins à ARNm qui ne peuvent en aucun cas modifier nos gènes. »

« Bien sûr, le vaccin AstraZeneca a passé les étapes de validation (sécurité et efficacité). Toutefois, je suis un peu inquiet et je redoute la survenue de problèmes à cours, moyen ou long terme avec les vaccins adénovirus AstraZeneca ou Johnson&Johnson. » Dans un communiqué de presse publié ce 2 février 2021, la Haute Autorité de Santé (HAS) a estimé que « l’efficacité et la tolérance » du vaccin AstraZeneca « sont satisfaisantes ».

Merci au Dr. Steve Pascolo, immunologiste à l’Université de Zurich (Suisse).

À lire aussi :

Covid-19 : comment prendre rendez-vous pour se faire vacciner ?
Vaccin Covid et allergies : qui peut se faire vacciner ?
Vaccination contre le Covid-19 : comment ça se passe pour les insuffisants rénaux et les dialysés ?

Inscrivez-vous à la Newsletter de Top Santé pour recevoir gratuitement les dernières actualités