Covid-19 : Le pèlerinage à la Mecque refusé aux ressortissants des autres pays

626

C’est la deuxième année consécutive que le pèlerinage fait l’objet de restrictions qui excluent les ressortissants des autres pays du monde entier. Le hajj sera de nouveau perturbé par l’épidémie de Covid-19.

L’Arabie saoudite a annoncé, samedi 12 juin, que ce grand pèlerinage annuel à La Mecque sera limité à 60 000 résidents préalablement vaccinés. Un quota drastiquement réduit pour la deuxième année consécutive afin d’empêcher une flambée des contaminations au coronavirus.

Ceux qui voudront effectuer le hajj devront être des résidents ou des nationaux, avoir entre 18 et 65 ans, ne pas souffrir d’une maladie chronique et avoir été vaccinés, a indiqué, samedi, le ministère du Hajj et de la Omra dans un communiqué relayé par l’agence officielle SPA.

Lors du dernier hajj, un des cinq piliers de l’islam, seuls une dizaine de milliers de fidèles résidant en Arabie saoudite avaient pu effectuer ce rite, contre 2,5 millions de participants venus du monde entier en 2019.

“Considérant la foule immense qui effectue le hajj, en passant de longs moments dans plusieurs endroits spécifiques, le plus haut niveau de précaution sanitaire est nécessaire”, a ajouté le ministère du Hajj, précisant que les autorités compétentes continuaient de surveiller la situation sanitaire et notamment l’apparition de nouveaux variants.

En avril, le royaume avait déjà annoncé que seules les personnes vaccinées seraient autorisées à effectuer la Omra, le petit pèlerinage musulman réalisable tout au long de l’année, à partir du début du mois de jeûne du ramadan, suscitant des mécontentements.

Le petit pèlerinage, suspendu en mars 2020 en raison de la pandémie, avait repris timidement début octobre avec des mesures de précaution drastiques dans ce pays du Golfe le plus touché par l’épidémie.